Accueil | Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 12 octobre 2008

Le nécessaire virage à gauche

A gauche toute ! Je viens de prendre enfin le temps de regarder les 17 minutes du discours de Benoît Hamon, lors de la présentation des motions socialistes, le 08 octobre, en préparation du Congrès de Reims. Voilà une vision du PS qui est fait du bien à entendre.

C'est grâce à Pascal que je me suis un peu plus intéressé à lui : il est moins fantasque que mon favori Montebourg (avec qui il a longtemps été proche) et ne m'a pas déçu comme Moscovici. Il est pour moi l'une des seules réelles alternatives crédibles pour le renouveau du PS, Les autres candidats au poste de Premier Secrétaire ont probablement de bonnes idées, mais peu présentent autant d'ambitions de changement et de retour aux sources du parti, à savoir le socialisme.

Car plusieurs candidats proposent de tendre vers le Social-libéralisme ; avec les évènements de ces derniers mois, on se rend compte qu'il s'agit d'une fausse piste. Même les Anglais, pourtant libérophiles, retournent vers le bon vieux refuge gauchiste en nationalisant les banques (même si tout le monde clame que c'est une nationalisation, pardon, une prise de participation temporaire). Il n'empêche, les faits sont là : l'interventionnisme est salvatrice quand les marchés sont pris de folie. Mais le régulateur n'a pas joué son rôle : au lieu d'être le pompier arrosant le brasier, il aurait dû prévenir et anticiper la catastrophe, qui nous pendait au nez depuis des années. Cela fait au moins deux ans que l'on sait aller vers une crise (l'éclatement de la bulle spéculative autour de l'immobilier était prévue) ; beaucoup ne la pensaient pas très importante, certains feignaient même de l'ignorer ou de ne pas y croire. Elle n'en a pas moins été l'étincelle embrasant le système. Les Etats auraient dû intervenir sur les marchés immobiliers pour éviter l'effet de contagion. Surtout que beaucoup (pas forcément les politiques, mais au moins les banquiers) savaient que la coque du navire était bouffée par les vers des "actifs toxiques".

Le Social-libéralisme à l'Anglaise est un échec. Il a montré son impuissance face à la crise. Prendre cette direction au PS serait une véritable erreur stratégique. Le monde (et la France en particulier, après 8 ans de règne sans partage de la Droite) a besoin de solidarité et de partage. Il n'est pas vivable pour notre planète ni pour notre espèce qu'une poignée de personnes affame les populations, transforme les travailleurs en esclaves devant bosser toujours plus, leur ruine la santé, épuise les ressources naturelles et ravage l'écosystème global juste pour que cette poignée d'élus se fasse toujours plus de pognon[1].

Le PS doit ouvrir la voie, car contrairement à ce que clame la Droite, ce ne sont pas les gens de Gauche les conservateurs et les rétrogrades. Le progrès, cela a quasiment toujours été la Gauche. Cela veut dire : assumer clairement le S de son sigle. Si l'on tient compte des données économiques actuelles, il est probable que les idées à gauche de la Gauche de Benoît Hamon et de ses comparses plaisent, et cela serait une bonne chose. Il faut que je me décide à finir la lecture de sa Contribution (c'est dense). J'ai aussi la Contribution de Martine Aubry sous le coude ; j'aime bien le personnage, mais je ne sais pas trop où elle se positionne sur le complexe et mouvant échiquier socialiste...

Le congrès qui va se dérouler à Reims est d'une importance vitale. C'est lui qui va déterminer si nous allons rempiler pour 5 ans de Sarkozysme en 2012. Et cela me fait frémir d'imaginer le PS dirigé par la même équipe que celle qui finit son mandat, avec juste un changement de chef, sans changement de ligne d'action.




Edit : Benoît Hamon était à Ripostes, dimanche soir sur France 5. Débat intéressant, mais c'est là qu'on se rend compte qu'au PS, ils ne sont pas très bons communicants, et qu'au Gouvernement, ils maitrisent parfaitement bien l'outil.

Notes

[1] "Tout ça pour qu'un p'tit con gagne des millions", comme chante Ridan dans Objectif terre.

dimanche 28 septembre 2008

Billet musical - Amy MacDonald

Il faut absolument que je vous parle d'un de mes coups de coeur musical du moment. Je l'ai découvert avant l'été, et il ne m'a pas fallu longtemps pour apprécier le style. Je viens de voir que le CD de l'artiste était dans le trio de tête des ventes d'Amazon, j'ai peur d'avoir les mêmes goûts musicaux que les ados, mais j'm'en fout, j'assume (tirerlalangue) .

Amy MacDonald est une écossaise de 10 ans ma cadette (ça calme) ; autodidacte précoce, elle n'a sorti son premier album qu'en 2007 (This is the life).

This is the life, c'est aussi le nom du single qui me l'a fait découvrir. J'étais à la salle de muscu sport quand j'ai vu le clip pour la première fois, et j'ai adoré dès les premières secondes, ce qui est plutôt rare. La mélodie est entêtante et reste bien ancrée en mémoire, le style folk/rock est loin de me déplaire. C'est même plutôt agréable, ce n'est pas un courant sur-représenté en ce moment. Elle a aussi une voix assez grave qui sort du lot et qui est une vraie signature.

Les paroles des chansons sont réalistes (elle en a écrit la plupart), et parlent du bonheur de soirées mémorables entre amis (This is the life), de la vacuité de la célébrité (enfin... je crois... Footballer's wife), etc.

Coté CD, je suis très content de mon achat. La version acquise n'a que 10 titres (une version plus récente en a 15), et la proportion de titres appréciés est importante, l'album m'a vraiment conquis :

  1. Mr rock & roll ***
  2. This is the life ***
  3. Poison prince ***
  4. Youth of today **
  5. Run **
  6. Let's start a band **
  7. Barrowland ballroom **
  8. L.A. **
  9. A wish for something more ***
  10. Footballer's wife ***

C'est une artiste que je vais surveiller pour voir comment elle va évoluer. J'aurais bien aimé aller la voir à Paris (elle passe au Bataclan le 13 novembre) mais mes finances au ras des navets (c'est à dire bien en-dessous des pâquerettes) ne me permettent pas d'y aller. C'est dommage, je pense que ça doit être très sympa en live.

Pour compenser, allez, je me remets un petit coup de clip. Si vous êtes aussi "éponge musicale" que moi, vous allez me maudire (et passer la soirée à fredonner).


Amy MacDonald - This is the life

Plus de lecture :

Plus d'écoute (via Youtube) :

jeudi 17 juillet 2008

Une contre-pub sur le pouvoir d'achat

Après la campagne de propagande du Gouvernement (elle n'aurait pas fait un peu long feu cette campagne ? J'ai l'impression qu'elle n'a pas duré longtemps ?), le PS a eu la bonne idée de répliquer avec cette vidéo :


Pouvoir d'achat, le contre-spot
par razzyhammadi



Alors certes, c'est un peu amateur, ce n'est pas très bien fait, mais le budget n'est probablement pas le même (je ne me mouille pas en disant ça, la campagne du Gouvernement ayant coûté plus de 4 millions d'euros...). Je trouve cependant que l'initiative est bonne. Oh, on aurait de nouveau une opposition dans ce pays ?

Via BozarBlog.

mardi 15 juillet 2008

Le rapporteur général du Budget tire à boulets rouges sur le Gouvernement

... et pourtant, ils sont dans le même camp !

Cette vidéo croustillante a été réalisée par l'UMP Alain LAMBERT (ancien ministre du Budget) ; il y interview Gilles CARREZ, le rapporteur général du Budget (UMP aussi), qui a des mots très durs suite aux débat d’orientation budgétaire à l'Assemblée Nationale aujourd'hui.

C'est un signe de malaise extrême que même les gens de son propre camp accusent le Gouvernement de céder aux pressions des lobbies... CARREZ reproche aussi au Gouvernement (et à son représentant sur le sujet, Eric Woerth) de ne considérer que les dépenses de l'Etat, et pas les recettes.

Je partage son point de vue, bien-sûr. Les arbitrages budgétaires faits ces dernières semaines sont très orientés, et sont de magnifiques trompe-l'oeil. Voire pire. Un seul exemple : la suppression de postes de fonctionnaires est un leurre. Les établissements publics, qui doivent abattre toujours plus de boulot, recourent de plus en plus aux CDD pour remplacer les fonctionnaires partis à la retraite ; cela coûte plus cher (ils sont souvent payés plus que les titulaires, il faut former des nouveaux agents tous les ans, il y a des primes de précarité liées aux CDD...), mais c'est vrai, il y a moins de postes de fonctionnaires...




Sur DailyMotion, la vidéo étant marquée "Contenu privé" (et n'est plus visible). Heureusement qu'il y a des copies qui trainent (écrivez-moi si la vidéo n'est plus accessible).

Via Marianne2.

dimanche 6 juillet 2008

Amélioration du pouvoir d'achat

Bouclier (fiscal) J'ai la flemme de chercher à intégrer cette vidéo d'iTélé dans ma page, mais je vous invite à aller y jeter un oeil, d'autant que ça ne dure pas longtemps.

On y apprend que le bouclier fiscal, sur les 3 premiers mois de 2008, a bénéficié à 1291 personnes. Cela leur aura permis de récupérer en moyenne environ 47000€ : on est très content pour eux.

Ce dispositif (qui limite à 50% le taux d'imposition d'une personne, quels que soient ses revenus) avait été voté officiellement pour ne plus pénaliser les foyers modestes qui possèdent des terres dont la cote s'est envolée ces dernières années. Seulement les statistiques sont formelles, 91% des sommes sont restituées aux très gros patrimoines (supérieurs à 3,7 millions d'euros). Non, non, on ne s'est pas foutu de la gueule du Français moyen...

Cela aura coûté aux caisses de l'Etat 800 millions d'euros. Si le chiffre concerne bien le premier trimestre, cela représente un peu plus de 600000 euros en moyenne par dossier, mais la moyenne cache des chiffres intéressant : par exemple un chèque de 7 millions d'euros restitué à cette pauvresse, héritière des Galeries Lafayette. L'affectation de cette somme au RSA, par exemple, aurait permis de quasiment en doubler le budget. Et de le ré-injecter directement dans la Consommation et l'Economie : la consommation des plus pauvres étant limitée par leur budget, l'augmentation de leurs revenus augmenterait mécaniquement leur pouvoir d'achat, tous leurs besoins n'étant pas satisfaits. Les plus riches, eux, consomment déjà à leur plein potentiel, et l'excédent de budget est utilisé ailleurs, en placements ou en dépenses à l'extérieur de notre pays.

Bon allez, maintenant, on sait qu'on peut trouver 1291 personnes satisfaites de la politique de notre Nanoprésident. Sa réélection de 2012 est assurée (rolleyes).




(c) Photo : par Bolt of Blue : original (licence : CC-ByCC-By-NDCC-By-NC).

- page 2 de 3 -