Accueil | Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 16 mars 2009

Heures supplémentaires : il faut arrêter les frais (Fwd)

Alternatives Economiques Le mensuel Alternatives Economiques (soutenu par l'hebdo Marianne) lance une pétition afin d'en finir avec les exonérations faites sur les heures supplémentaires, qui accroissent mécaniquement le chômage. Voici le texte d'appel à pétition, c'est on ne peu plus clair :

Au moment où la crise provoque une vive remontée du chômage, en particulier chez les jeunes, il faut revenir sur les exonérations sociales et fiscales accordées aux heures supplémentaires. En effet, dans le contexte actuel, l’emploi doit être la priorité absolue de l’action des pouvoirs publics. Or, les exonérations fiscales et sociales décidées en 2007 ne visaient qu’à accroître le nombre des heures supplémentaires effectuées par les salariés déjà en activité. Et, en dépit de la récession, le nombre des heures supplémentaires déclarées a en effet progressé de près de 40 millions entre le quatrième trimestre de 2007 et la même période de 2008, soit l’équivalent de 90 000 emplois à plein temps. Ces mesures contribuent donc manifestement à dissuader les entreprises qui en auraient la possibilité d’embaucher des jeunes ou des chômeurs alors que les quelques trois à quatre milliards d’euros qui leur ont été consacrés en 2008 pourraient avantageusement être mis au service de la création d’emplois. C’est pourquoi nous demandons au gouvernement et au parlement d’abroger sans délai les mesures défiscalisant les heures supplémentaires et les exonérant de cotisations sociales.

Si vous partagez ce point de vue, je vous invite à signer la pétition ici.

lundi 20 octobre 2008

Du plomb (dans l'aile) pour les agrocarburants

Pompes à essence Les pouvoirs publics commencent à comprendre que les agrocarburants (alias biocarburants) sont néfastes pour la planète et pour nous[1].

Le premier pas a été franchi par le Gouvernement, puisqu'il vient d'annoncer la fin (pour 2012) des avantages fiscaux accordés aux carburants d'origine agricole. Ils seront notamment taxés via la TIPP, comme les autres.

Il faut bien avouer que la folie avait gagné les agriculteurs du monde entier. Une partie des surfaces cultivées avait été convertie en production de biocarburants, de même que des espaces en jachères, et dans beaucoup de pays du sud, les défrichements de forêts déjà menacées se sont accentués. De manière complètement irrationnelle, des pays pauvres se sont lancé dans l'export d'agrocarburants en supprimant des terres agricoles alimentaires alors qu'ils n'arrivent pas à faire manger leur population. On marche sur la tête : alors que la population mondiale croît, on réduit les terres permettant de faire à manger.

Du coup, à cause d'une production alimentaire moindre et de mauvaises conditions climatiques, les réserves alimentaires mondiales ont dangereusement baissé à des niveaux jamais atteints. Nous n'avons que quelques semaines de réserve de riz ou de blé. Le stock de lait (en poudre) a aussi drastiquement baissé, pour être quasi nul. Cela a bien sûr eu un effet immédiat : la spéculation sur les produits agricoles a fait grimper les prix, de même que l'augmentation de la rareté. La FAO estime que 75% de l'augmentation du coût des aliments de base est dû aux agrocarburants. D'où les émeutes de la faim qui se sont produites régulièrement depuis 18 mois.

Le pompon sur la cerise du gâteau ? C'est qu'au final, les biocarburants ne sont pas si bons que ça pour l'environnement. Entre les engrais, les pesticides et l'irrigation, la propreté a déjà pris un coup. Et encore, je ne prends pas en compte le carburant qu'il faut brûler pour les véhicules agricoles, le transport et la transformation : le bilan est quasi-nul.

Avec la suppression des avantages fiscaux, les investissements dans les agrocarburants vont sérieusement ralentir, la production va donc baisser. Exit la fausse bonne idée. Il ne faut pas perdre de vue que les terres agricoles doivent rester en priorité des terres pour faire à manger. C'est l'un des grands défis de l'Humanité : la population de notre planète devrait atteindre 9 milliards d'individus en 2050, nous aurons besoin de toutes les terres disponibles pour espérer faire manger tout le monde.





Photo : (c) Gadl : original (licence : CC-ByCC-By-CA).

Notes

[1] Je sais, je radote ( et ).

jeudi 10 juillet 2008

Une taxe pour les micro-revenus sur Internet

Palais du Luxembourg Les politiciens me désespèrent. Les Sénateurs, ces petits vieux décrépis qui ne comprennent plus le monde dans lequel ils vivent, ont une nouvelle lubie : ils veulent taxer les "micro-revenus" liés à Internet. En gros : les ventes d'objets sur eBay, Amazon ou autres PriceMinister, mais aussi pourquoi pas les petits revenus publicitaires des blogs (vous avez Google Ads ou un équivalent ?), etc. L'information est chez Silicon.fr.

C'est une claque de plus (potentiellement... rien n'est voté pour le moment) pour Internet. Après les députés Européens, qui parlent de ''réguler'' les blogs ou d'établir une liste d'applications autorisées à accéder à Internet, nos élus français ne sont pas en reste avec la demande de filtrage massif des réseaux et cette proposition du Sénat.

Internet devient un espace aux libertés de plus en plus restreintes, où l'on commence à voir émerger des petites idées dignes de la Démocratie Chinoise (c'est peut-être pour cela que notre bien-aimé nanoguide spirituel va en Chine : pour prendre conseil sur le musèlement de la liberté d'expression...). Bheu oui, Internet est resté territoire vierge depuis trop longtemps, toutes ces libertés sont dangereuses, il faut encadrer tout ça.

Accessoirement, en cette période de vache maigre pour les caisses de notre pays, Internet devient source de profit et une vraie vache à lait. Les fournisseurs d'accès à Internet, d'ailleurs, vont payer une partie de la dépublicitarisation de France Télévisions.

En tout cas, la proposition du Sénat risque de brider l'innovation et l'apparition de nouveaux services. Et après, on viendra encore nous rebattre les oreilles avec le permanent Retard Français en matière de nouvelles technologies. C'est aussi une mauvaise pour le pouvoir d'achat (vous savez, le dada de notre nanoprésident qui aime les dictateurs), puisque la vente de produits d'occasion permet à certains de gagner quelques dizaines d'euros mensuels, et autorise aussi l'accès à moindre coût à des produits culturels (la revente compensant en partie l'achat).

Les politiciens me désespèrent...





(c) photo : par wallyg : original (licence : CC-ByCC-By-NDCC-By-NC).

vendredi 2 mai 2008

Le paquet fiscal : ha bah non, finalement, ça marche pas

Many dollars (dreams...) Une info, révélée par le Canard Enchaîné de cette semaine : le fameux Paquet Fiscal (15 milliards distribués à ceux qui ne sont pas les plus pauvres destinés à relancer l'Economie et la Croissance), aura un effet contraire à ce qui était prévu.

D'après la Commission Européenne, il fera baisser le PIB de 0,3% pour 2008 et aura sur 2009 un "petit impact résiduel".

Et là, on dit bravo et on applaudit des deux mains. Ça c'est une politique économique réussie.

Photo : (c) par noahwesley : original (licence : CC-ByCC-By-CACC-By-NC).