Accueil | Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Télévision

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 17 février 2009

Le Roi va parler

L'omniprésident Sa Majesté daignera s'adresser au Peuple demain soir. Encore une fois. Ce coup-ci, je vais le regarder, ça m'intrigue : quelles mesures notre illusionniste national va-t-il inventer pour montrer (ou faire croire en) sa volonté de faire avancer les choses, et de calmer le jeu ? Les attentes sont fortes et la déception pourrait l'être encore plus...

lundi 8 décembre 2008

Arrêt sur Images, les médias autrement

Logo Arrêt sur Images Il y a des sites importants. En ces temps de crise des médias, il est bon de pouvoir compter sur des lectures fiables et (relativement) indépendantes.

Arrêt sur Images, pour ceux qui ont passé les 15 dernières années sur une autre planète, c'était une émission de France 5 qui avait un coté poil-à-gratter dérangeant. En plus de dénoncer les manipulations des médias (volontaires ou parfois juste par laxisme), l'émission analysait et décryptait le fonctionnement des télés, journaux et autres.

Seulement, à force de gratouiller là où ça dérange, on fini par s'attirer des ennuis, et la direction de France 5 a donc décidé en 2007 d'arrêter l'émission. Celle-ci est revenu sous forme d'un site mi-site de news, mi-web-TV, mais requiert un abonnement modique (30€) pour accéder à tout le contenu du site (une partie du site est accessible sans payer).

Je me suis abonné en Janvier, en tout premier lieu parce qu'en tant qu'ancien spectateur de l'émission, je voulais soutenir le lancement du site, et marquer mon attachement aux concepts et principes que l'équipe d'Arrêt sur Images défend. Pendant plusieurs mois, je n'ai guère été sur le site. Pas le temps d'aller chercher les infos, le site n'était pas parfait, le RSS fonctionnait mal. Bref, je n'étais pas très emballé. Mais tous ces petits défauts de jeunesse ont été corrigés, le contenu est riche et intéressant, le RSS marche bien, bref, je ne regrette pas mon abonnement et il n'y a pas beaucoup de jours où je ne vais pas faire un tour sur leur site.

Vient l'heure de renouveler ou non l'adhésion au site. Oui ou non ? Pour moi, la question ne se pose même pas. J'ai largement dépassé les incertitudes des premiers mois, où je n'étais pas convaincu : je vais reprendre l'abonnement. Non plus pour un soutien de forme, mais bel et bien parce que le site propose une information alternative importante. C'est une émission indispensable à la salubrité politico-médiatique, un peu comme le Canard Enchaîné.

Vous n'êtes pas abonné ? Je vous invite à un petit abonnement de 6 mois, juste pour tester. Vous ne pourrez bientôt plus vous en passer ! Si vous êtes déjà abonné et que vous avez apprécié le service, vous savez ce qu'il vous reste à faire ;-) .

Edit 10/12 : oups, le site est là.




Ce billet n'est pas sponsorisé (comme toujours ici) !

lundi 10 novembre 2008

Enregistrer légalement les émissions de la TNT sur PC... sans récepteur TNT !

Logo WizzGo J'ai découvert un service génial qui permet d'enregistrer les émissions diffusées sur la TNT, une sorte de magnétoscope en ligne qui stocke les fichiers sur son PC. C'est complètement légal et ça marche très bien. Et il n'est même pas nécessaire d'avoir un récepteur TNT, puisque tout se fait via un service en ligne : WizzGo.

Je ne suis pas un gros consommateur de télé, mais je rage toujours de louper des émissions que je sais être diffusées prochainement. Le soir, j'éteins souvent la télé avant de regarder le programme, je rate donc souvent des choses :-D . Autre cas : la plupart des blogs de personnalités politiques que je suis annoncent à l'avance les dates et heures des interviews de mes chouchous, je peux donc paramétrer les enregistrements depuis mon PC sans me casser la tête.

Le principe de fonctionnement est le suivant : vous téléchargez et installez un petit logiciel (iWizz) dans lequel vous pouvez faire des recherches sur les programmes (mot clé, catégorie...). Vous sélectionnez les émissions qui vous intéressent (avant qu'elles ne commencent, sinon, c'est râpé) et WizzGo se charge de les enregistrer pour vous. 1 à 2 heures après la fin de l'enregistrement, le logiciel récupère le fichier vidéo et le stocke sur votre disque dur. Il est donc chez vous, librement consultable à tout moment.

Les fichiers rapatriés sont au format MP4, donc une norme très répandue et universelle, qui peut être lue par exemple avec l'excellentissime logiciel VLC et plein de périphériques. Comme je le disais plus haut, ce service en ligne est légal : il se base sur le principe du droit à la copie privée (comme pour le magnétoscope classique). La diffusion des fichiers vidéo est donc interdite, ils sont uniquement réservés à un usage personnel. De toute façon, un marqueur avec des informations permettant de vous retrouver est inclus dans le fichier. Ça doit être craquable, bien sûr, mais ce serait idiot de le faire, ce service est vraiment pratique et il vaudrait mieux éviter de le voir fermer à cause de procès.

Les limitations sont assez peu nombreuses, mais il y en a quelques unes. Il est par exemple impossible d'enregistrer les chaînes du groupe M6 : le groupe a gagné un procès contre WizzGo et lui interdit de proposer M6 et W9 (pour ne pas avoir de concurrence sur son service M6 Replay, actu ici). Bon, de toute façon, qui regarde M6 ??? (coupdechaud) . La seconde limitation, c'est qu'il existe un quota de téléchargement (ce serait trop facile sinon), le système est un peu compliqué, mais en gros, on a le droit de télécharger l'équivalent de 15h de vidéo par mois (le détail ici).

Un système est vraiment sympa, très pratique et légal : que demande le peuple ?



Edit du 12/11/08, 19:00 : Bon, après ce billet très explicite de Maître Eolas, il semble que le service proposé par Wizzgo n'ait pas un avenir trop assuré. Après M6 et W9 en août, le Groupe France Télévisions vient d'obtenir l'interdiction pour Wizzgo de diffuser les enregistrements de ses chaînes. Ne vous précipitez pas sur le logiciel, donc...

Edit du 26/11/08 : voir aussi l'épisode 2 et l'épisode 3 de ce dossier.