Accueil | Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Résidence

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 6 septembre 2008

Les bricolos de 06h00

Assassinat Depuis quelques semaines, l'appartement en face du mien a de nouveaux propriétaires. Jusqu'à maintenant, ils s'étaient contenté d'être "juste" peu discret : le couple passait son temps à s'engueuler dans les couloirs pour un oui ou pour un non. La première fois, c'était parce que Madame ne trouvait pas la bonne clé pour ouvrir la porte. Depuis, je n'ai pas besoin d'aller faire la concierge en regardant par mon judas : je sais toujours quand ils sont là, je crois qu'ils ne savent pas s'exprimer sans beugler. Tout du moins le mari, qui passe son temps à hurler contre sa femme en l'insultant. Charmant.

Je les ai croisé une ou deux fois, ils ne sont pas spécialement aimables. Mais je suis un bon voisin, et je salue toujours. Ils m'ont annoncé qu'ils rénovaient complètement l'appartement, j'en ai donc déduit que j'allais subir plusieurs semaines de travaux. Ils n'habitent pas là, et ils ont tout ravagé, il ne doit plus rester grand chose d'origine. Du coup, c'est loin d'être fini.

Le pompon a été décroché ce matin. Enfin, cette nuit. A 06h00, j'ai été réveillé par des coups sourds qui faisaient vibrer le mur mitoyen, et contre lequel est mon lit. J'ai eu le droit aussi à la perceuse. A cette heure-là, un samedi matin, c'est un pousse-au-crime, il y a des gens qui ne doutent de rien. Patient au-delà de toute raison, j'ai attendu 06h30 pour me lever, mettre un boxer et un pantalon (heum oui, au réveil, je ne peux pas me balader dans le couloir juste en boxer ou pantalon, ce n'est pas très décent, je ne vous fais pas un dessin (coupdechaud) ). Il faut dire qu'ils étaient en train de s'engueuler dans le couloir, une fois de plus, même ma patience a des limites. Je n'ai guère été aimable, voire à la limite du méprisant et de l'insultant. Mais ils venaient de me faire lever, bordel. Le plus épatant dans tout cela, c'est qu'ils n'avaient pas l'impression de faire du bruit : "j'installais juste l'évier" a été la seule excuse fournie par ces rustres.

Il a quand même fallu une demi-heure avant que le bruit et ma colère s'estompent, et je me suis rendormi (comme une bouse, jusqu'à 09h... Ce n'est pas dans mes habitudes). Après une semaine de boulot très dure, et avant la semaine qui m'attend, probablement la pire de l'année, il faut absolument que je reprenne des forces.

Avec toutes ces histoires, cette musique tourne en boucle chez moi :


Axelle Red - Les Voisins (Sans plus attendre)

Heureusement, ces voisins pénibles n'habiteront pas ici. Ils vont louer l'appart en meublé. Ils m'ont annoncé 700€ de loyer pour les 32 ou 33 m² de l'appart : ils rêvent, même à Montpellier, ils sont bien au-dessus des tarifs actuels.

Tous mes voisins ne sont pas comme eux. En fait, à l'étage, l'entente est même plutôt cordiale. Avec ma voisine-du-bout-du-couloir, on échange même des SMS moqueurs quand les pénibles se crient dessus dans le couloir. Quand je lui ai raconté mes mésaventures du petit matin, elle m'a suggéré de leur mettre du Mozart à fond. Comme c'est à elle que j'ai fait écouter Les Noces de Figaro et Mme Pepperpote, je me demande s'il n'y aurait pas un peu de moquerie ?

J'aime pas mes voisins (needkill) ...



(c) photo : jk5854 : original (licence : CC-ByCC-By-NDCC-By-NC).