Accueil | Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Quadrature du Net

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 26 février 2009

Le tour de vis sur l'Internet Français continue

Boxe J'ai déjà abordé le sujet quelques fois (, , , et (ouf)), mais maintenant, ça se précise : la fumeuse loi dite "Hadopi" est en cours de discussion à l'Assemblée Nationale, après son passage au Sénat à l'automne dernier.

Cette loi est clairement liberticide, elle vise à cloisonner l'Internet, et à filtrer le contenu accessible (Tristan Nitot démontre ici et ici pourquoi c'est inutile et dangereux). Si l'adresse IP d'un internaute est utilisée pour faire du téléchargement illicite (que ce soit lui ou que son adresse IP ait été piratée ou utilisée à son insu), son titulaire recevra des courriers d'avertissement, puis verra son accès Internet coupé (avec la télévision et la téléphonie, cette dernière étant pourtant service universel ?), sans possibilité de contester avant l'application de la sanction, et sans qu'un juge ait tranché par une décision de justice. D'ailleurs, la collecte des adresses IP coupables sera faite par des sociétés privées dont la vocation est de protéger les intérêts des Majors du disque. Comme ça, on ne surcharge pas trop nos fonctionnaires avec des petits détails sur la vie privée, la justice, et toutes ces petites choses inutiles et anodines.

La révolte gronde chez associations de consommateurs, dans l'Opposition, chez les fournisseurs d'accès à Internet ou dans les associations qui prônent un Internet neutre. La Quadrature du Net lance une campagne "Black-out du Net français", pour dénoncer une fois de plus la gravité de cette loi. J'y contribue modestement en portant aussi le bandeau noir, symbole du filtrage (et accessoirement, du deuil de nos libertés ?).

Le Chapitre Française de la très sérieuse Internet Society (ISOC) a publié un croustillant document prospectif sur l'impact de la loi pour les 2 ans à venir. C'est un peu long (13 pages) mais cela mérite le détour : les exemples de ce qui ne manquera pas d'arriver sont intéressants tellement ils démontrent que cette Loi est inutile, et qu'en plus, elle aboutira à un effet complètement opposé à son but.

Pourtant, une nouvelle fois, les députés européens insistent et viennent de voter l'approbation d'un rapport visant à garantir, pour chaque citoyen, le droit d'accéder à un ordinateur et à Internet ! Plus clairement, cela veut dirent qu'ils rejettent la notion de riposte graduée que veut instaurer l'Hadopi (et quelques autres lois d'Etats européens). Belle pagaille légale en vue...

D'autres pays voulaient se lancer dans la riposte graduée. Ils ont reculé, sous la pression des utilisateurs d'Internet. Des exemples à suivre pour notre gouvernement, qui aime bien aller piocher des idées à l'étranger ?





(c) photo : StreetFly JZ - original (licence : CC-ByCC-By-NDCC-By-NC).

lundi 29 septembre 2008

Joli camouflet sur la riposte graduée (suite)

Boxe En fin de semaine dernière, le porte-parole de l'UMP Frédéric Lefebvre a confirmé que le Gouvernement voulait avancer dans le sens de la riposte graduée, pourtant déclaré illégal par un vote très large (88%) du Parlement Européen. Lefebvre en rajoute une couche dans son registre excessif habituel, en stigmatisant la gauche, qui, selon lui, est contre les auteurs, compositeurs et créateurs français. Il demande même le passage en urgence de la loi Hadopi.

L'UMP fait donc preuve une nouvelle fois d'autisme, de clientélisme (envers les majors et les artistes) et démontre (si besoin était) que son action est régie par l'idéologie, et non pas par la nécessité d'opérer pour le bien commun. Sans parler du mépris pour la représentation du peuple européen, comme cela est si bien écrit sur le site La Quadrature du Net :

Il est en effet totalement fallacieux de présenter cette condamnation sans appel de la riposte graduée comme le seul fait d'élus de gauche : l'amendement 138 a été massivement voté par les eurodéputés (574 voix pour, 73 contre), y compris donc par les libéraux de la ALDE et les conservateurs du PPE, parti auquel est rattaché l'UMP. 88% des eurodéputés qui se sont exprimés ont condamné la riposte graduée. Le nier est un déni de démocratie, préjudiciable à l'image de la France alors qu'elle préside l'Union Européenne.

Est-il encore nécessaire de démontrer que notre Gouvernement et ses porte-flingues méprisent la Démocratie ?

A lire :

  • L'article sur Silicon.fr, sur les réactions de l'UMP et du Gouvernement suite au rejet de la riposte graduée par le Parlement Européen.
  • L'article de la Quadrature du Net, un collectif de citoyens qui informe sur les projets législatifs menaçant les libertés individuelles.





(c) photo : StreetFly JZ - original (licence : CC-ByCC-By-NDCC-By-NC).