Accueil | Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Présidentielle

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 18 avril 2012

Un autre président, c'est maintenant (?)

Il est grand temps que cette campagne présidentielle se finisse, l'ambiance commence à devenir délétère et pesante. Les réseaux sociaux sont surchargés d'appels aux votes, tous plus méprisants envers les candidats adverses, et je ne vois pas quelle réelle avancée ils apportent : les sentences courtes agressives ou haineuses des fanboys d'un candidat envers les autres n'ont aucune chance de faire changer d'avis qui que ce soit, bien au contraire, c'est idéal pour radicaliser les positions de chacun. Ce n'est donc pas du débat, c'est de la propagande, et cela ne sert à peu près à rien. Quant à débattre via Twitter, avec 140 caractères, c'est plus frustrant qu'autre chose.

Il va être d'autant plus difficile de me faire changer d'avis que j'ai déjà fait mon choix depuis un moment. Il est aussi inutile de tenter de me convaincre de voter autrement : ce choix est le fruit d'un raisonnement qui vaut n'importe quel autre (mon raisonnement) et tenter de me convertir à tout prix à autre chose est non seulement une perte de temps, mais une insulte personnelle. Autant me traiter de con directement, vous aurez le même succès. Dans un scrutin, je doute qu'il y ait de vérité absolue assénée par un candidat, et chaque électeur doit voter en son âme et conscience. Essayer de me convaincre à voter autre chose est tyrannique ou sectaire, je ne vote pas en étant sous influence : c'est une décision réfléchie.

Mon choix est donc fait, et il est simplement pragmatique. Mon objectif est très basique : refaire basculer le pays à gauche, et dégommer Sarkozy de la présidence. Selon moi (j'insiste bien : selon moi), le seul candidat en position de le faire est Hollande, je voterai donc pour lui.

Mon inclination naturelle a toujours été orientée plus ou moins vers le PS, même si idéologiquement je suis un mélange entre les Verts, les Communistes et les Socialistes. Pour les Primaires de cet automne, j'ai voté pour l'aile gauche du PS, d'abord Montebourg, dont j'ai beaucoup aimé la campagne de premier tour, et dont j'apprécie les idées depuis très longtemps. Puis j'ai voté Aubry, avec le même succès (coupdechaud) . Mes candidats ont échoué, mais l'essence des primaires devait être respectée, mon candidat était donc Hollande. Je n'ai pas accepté cela de gaieté de cœur, mais je n'ai pas oublié pourquoi la gauche a perdu en 2007 : le PS était divisé, et tous les pontes du Parti tiraient dans les pattes de la candidate... Il ne fallait pas reproduire ce schéma malsain cette fois-ci : le candidat étant choisi, tous derrière lui.

C'est triste et cela me désole, mais on ne vote pas à la présidentielle pour un représentant idéal qui correspond parfaitement à ses idéaux. Ça, c'est le syndrome Ally McBeal, alias le syndrome du Prince Charmant : il n'existe pas, pas la peine de le chercher. On donne juste une orientation au pays (gauche/droite) en investissant un individu du pouvoir suprême. Cela ne devrait pas fonctionner ainsi, mais le système de gouvernement français est perverti depuis 1958, il faut faire avec. Accessoirement, c'est une élection à 4 tours depuis 2002, puisqu'il faut aussi remporter les législatives dans la foulée. C'est là que les choses se compliquent et que le choix de Hollande est important : il est à mon sens le seul à pouvoir rassembler assez large pour pouvoir gouverner. Je ne suis pas certain que beaucoup d'autres candidats, à commencer par Mélenchon, auraient une majorité suffisante pour adopter des lois sans difficulté. Mélenchon président, ce serait bien, ça détonnerait et ça me plairait : il est probablement le candidat le plus proche de mes idées politiques. Mais il est iconoclaste et je pense qu'il n'est pas assez rassembleur ; il aurait une majorité trop faible pour pouvoir faire autre chose que du compromis. Par contre, Hollande président avec une Assemblée Nationale où la gauche du PS et le Front de Gauche seraient forts aurait à mon sens beaucoup plus d'impact : Hollande rassemblera largement à la présidentielle et il pourra donc l'emporter, le Front de Gauche aura la capacité d'infléchir le vote des lois. Le vrai pouvoir, il est là.

Je n'ai pas oublié la nausée d'avril 2002 : j'ai encore bien en mémoire la gifle de ce tristement célèbre 1er tour, et le long désarroi qui a suivi. Je ne veux pas revivre ça. Ma peur n'est pas adoucie avec les sondages qui prédisent la victoire de Hollande : Jospin aussi était favori avant le 1er tour. L'excès de confiance dont le PS a fait preuve à l'époque (et sa campagne calamiteuse) ne doit pas être oublié, et je suis convaincu qu'il existe toujours une menace de ne pas avoir un candidat de gauche suffisamment rassembleur au second tour cette année : les sondages sont tellement trafiqués qu'ils ne correspondent pas à la réalité (les sondés répondent n'importe quoi, les sondeurs corrigent les chiffres selon des méthodes obscures dignes de la numérologie ou de la bistromatique). Et la mobilisation du jour J est impossible à prévoir : la conjonction d'une faible mobilisation des électeurs de gauche qui pensent que tout est acquis et d'un baroud d'honneur des électeurs de droite pourrait avoir un résultat cataclysmique. Je ne me fie pas aux sondages actuels, quels qu'ils soient, ce serait une erreur d'autant plus idiote qu'ils ont toujours été dans le faux à la quasi-totalité des scrutins !

Ho, je sais bien ce que vous allez dire, le vote utile c'est lâche. Mais je n'ai plus la force de supporter Sarko, et je ne veux pas prendre le risque de le voir rempiler pour 5 ans. La seule façon de me rassurer, c'est de voter Hollande. C'est mon choix.