Accueil | Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 9 janvier 2011

Exposition "L'Or des Incas"

Affiche de l'expo L'or des Incas Même si je suis curieux de nature, c'est probablement parce que j'ai été plongé très tôt dans l'univers des "Mystérieuses cités d'Or" que j'ai une fascination aussi intense pour les civilisations de l'Amérique précolombienne. Que ce soit pour leur art, leurs impressionnants exemples d'architectures, ou pour leurs connaissances tant astronomiques qu'agricoles, les Aztèques, les Incas ou les Mayas provoquent chez moi une admiration sans borne.

Quand j'ai eu connaissance de l'exposition "L'Or des Incas" (à la Pinacothèque, Paris, jusqu'au 06 février 2011), j'ai réorganisé un déplacement que j'avais à Paris en décembre pour pouvoir faire cette visite ; je n'ai pas été déçu.

Par les objets qu'elle regroupe, l'exposition retrace les 3000 ans de l'histoire des peuples précurseurs des Incas (de -1500 à 1500), des premières tribus à l'Empire qui s'est effondré avec l'arrivée des espagnols. Des dizaines de pièces sont exposées, avec le parti pris de démontrer l'importance et l'omniprésence de l'or : le métal précieux était utilisé pour communiquer avec les dieux, comme lien avec le soleil. Il n'est donc pas étonnant de trouver majoritairement de nombreux objets rituels, dédiés à la caste dirigeante ou aux chamans, en or ou en argent : des masques funéraires, des gobelets, des parures, des vêtements ou tissus qui ont traversé les temps. Les peuples Incas possédaient une grande maitrise des sciences, et notamment de la métallurgie : il est très impressionnant de voir dans leurs réalisations ce grand travail de précision, pourtant ouvragé avec des outils finalement assez primitifs.

J'ai trouvé cette expo très bien agencée et intéressante. Elle regroupe de nombreux objets précieux et rares de toute beauté, que l'on a pas beaucoup l'habitude de voir [1]. Les textes explicatifs sont clairs, assez concis, et les panneaux sont très pédagogiques. Et même pas rébarbatifs... J'ai bien peu de reproches à faire. Il manque peut-être quelques explications sur l'usage de certains des objets présentés (les noms sont bien indiqués, mais quid de leur utilité ou de leur usage, pas toujours évident pour les béotiens ?). De plus, la visite est un peu courte : environ 2h en prenant mon temps et en lisant tous les grands panneaux d'explications. Avec un droit d'entrée à plus de 10€, ça me parait un peu cher... La culture a un prix, et il est de moins en moins abordable.

J'ai failli dire qu'il y avait beaucoup trop de monde, mais en fait non, ça c'est de ma faute : quelle idée de faire un musée à Paris, un dimanche après-midi de Décembre, par un temps pluvieux ?? (restercalme) .

Si l'histoire des peuples précolombiens vous intéresse, je ne peux que vous inciter à vous rendre à cette exposition. Il est toujours émouvant de voir ces objets qui ont traversé les siècles pour arriver jusqu'à nous : impossible de ne pas penser aux hommes et aux femmes qui les ont utilisés, qui sont morts sous leurs coups, qui ont été sacrifiés avec ou qui en ont été parés au moment de leurs funérailles, rite commun à quasi totalité de l'Humanité. Ces reliques sont des témoignages d'un gigantesque empire qui s'est très vite effondré sous le feu nourri des espagnols. Un anéantissement qui rappelle qu'une civilisation tient à bien peu de choses, et qui devrait nous inciter à réfléchir encore et encore...

Notes

[1] Je n'ai pas encore mis les pieds au musée des Arts Premiers, au quai Branly, je suppose qu'il y a aussi de très belles pièces.