Accueil | Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Fouille

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 30 décembre 2008

Fallait pas mater le vigile de la gare de Lyon

Réchauffez ce pauvre CRS ! Me voici de retour après les pérégrinations familiales de Noël. Ouf... Je reviens chargé de cadeaux et victuailles en tout genre, et notamment une demi-tonne de fromages du Massif Central, où habite ma frangine.

Le trajet de retour s'est bien passé, mais ça a failli mal tourner à Lyon Part-Dieu. Je n'ai jamais les yeux dans ma poche, et pendant les 90 minutes d'attente entre mes deux trains, mon regard a pas mal balayé les passants dans le hall de la gare. Sans forcément mater systématiquement, d'ailleurs : j'aime bien regarder les gens, aussi bien mecs que filles, pour essayer de deviner qui ils sont, ce qu'ils font, où ils vont, etc. Jusqu'à ce que mon regard croise celui d'un p'tit mec plutôt charmant, qui me retourne mon regard, direct droit dans les yeux. Je découvre trop tard qu'il s'agit en fait d'un agent de sécurité (CRS, police ou autre... Je ne me suis pas attardé sur l'uniforme), accompagné de deux militaires... Oups.

Ça n'a pas loupé. Il se dirige droit vers moi : "Bonjour monsieur, contrôle d'identité, vous avez vos papiers et votre billet de train ?". Et merde.

Sans faire le malin (je suis un garçon docile), je les lui tends. Il entame la conversation : "Monsieur, nous sommes en plan Vigipirate, votre train ne part pas tout de suite : est-ce que vous seriez prêt à vous soumettre à une fouille de vos bagages avec un chien, pour détecter des explosifs ou des stupéfiants ?".

Là je sens que ça part en couille : je n'ai rien à me reprocher, mais je commence à flipper un peu. Rhâ, la pression de l'uniforme et la peur des flics : nous sommes bien conditionnés... Je ne réponds pas assez vite à son goût, essentiellement parce que la seule réponse qui me vient à l'esprit, c'est "Une fouille ? Mmmm, oui, mais uniquement si c'est toi qui le fait, chéri.". Pas très approprié, dans cette situation (coupdechaud) . Bref, il enchaîne : "Vous savez, si vous avez des choses à vous reprocher, genre votre consommation personnelle, il vaut mieux que vous me le disiez tout de suite, cela vous évitera des problèmes après."

C'est là que ça fait tilt dans mon esprit : il n'a pas l'intention de me fouiller, il veut juste me faire un peu flipper pour que je lui balance ma "conso personnelle". Oulà là ils sont fins psychologues nos pandores (rolleyes) . Je suis rassuré, je lui balance donc quelque chose du genre "A moins que la fourme d'Ambert ne soit un produit illicite, non, je n'ai rien." Il me regarde de travers (rhoooooo qu'il est mignon quand il n'est pas content (love) ) et me rend mes papiers : "C'est bon, vous pouvez y aller. Joyeuses fêtes."

Une jeune maman, qui attendait à coté de moi, m'a regardé en se marrant : "C'est vrai que vous avez une tête de terroriste, vous êtes terrifiant. En attendant, heureusement que c'est vous qu'ils sont venu voir : j'aurais eu plus de problèmes si cela avait été moi !!". Ha bah bravo la maman (bravo) !

Le reste du voyage s'est bien passé. Mais il faudra vraiment que je récapitule un jour toutes mes histoires liées à la SNCF, y'en aurait des tomes et des tomes.



PS : Si le beau papa brun très poilus et aux yeux sombres qui était en face de moi dans le TGV veut confier ses enfants pendant une petite heure à sa femme et venir me faire des bébés, il peut sans problème, il lui suffit de me contacter sur le formulaire idoine "Me contacter" (love) .



(c) photo : FELIX LE FE - original (licence : CC-ByCC-By-CACC-By-NC).