Accueil | Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Filtrage

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 10 juillet 2008

Une taxe pour les micro-revenus sur Internet

Palais du Luxembourg Les politiciens me désespèrent. Les Sénateurs, ces petits vieux décrépis qui ne comprennent plus le monde dans lequel ils vivent, ont une nouvelle lubie : ils veulent taxer les "micro-revenus" liés à Internet. En gros : les ventes d'objets sur eBay, Amazon ou autres PriceMinister, mais aussi pourquoi pas les petits revenus publicitaires des blogs (vous avez Google Ads ou un équivalent ?), etc. L'information est chez Silicon.fr.

C'est une claque de plus (potentiellement... rien n'est voté pour le moment) pour Internet. Après les députés Européens, qui parlent de ''réguler'' les blogs ou d'établir une liste d'applications autorisées à accéder à Internet, nos élus français ne sont pas en reste avec la demande de filtrage massif des réseaux et cette proposition du Sénat.

Internet devient un espace aux libertés de plus en plus restreintes, où l'on commence à voir émerger des petites idées dignes de la Démocratie Chinoise (c'est peut-être pour cela que notre bien-aimé nanoguide spirituel va en Chine : pour prendre conseil sur le musèlement de la liberté d'expression...). Bheu oui, Internet est resté territoire vierge depuis trop longtemps, toutes ces libertés sont dangereuses, il faut encadrer tout ça.

Accessoirement, en cette période de vache maigre pour les caisses de notre pays, Internet devient source de profit et une vraie vache à lait. Les fournisseurs d'accès à Internet, d'ailleurs, vont payer une partie de la dépublicitarisation de France Télévisions.

En tout cas, la proposition du Sénat risque de brider l'innovation et l'apparition de nouveaux services. Et après, on viendra encore nous rebattre les oreilles avec le permanent Retard Français en matière de nouvelles technologies. C'est aussi une mauvaise pour le pouvoir d'achat (vous savez, le dada de notre nanoprésident qui aime les dictateurs), puisque la vente de produits d'occasion permet à certains de gagner quelques dizaines d'euros mensuels, et autorise aussi l'accès à moindre coût à des produits culturels (la revente compensant en partie l'achat).

Les politiciens me désespèrent...





(c) photo : par wallyg : original (licence : CC-ByCC-By-NDCC-By-NC).