Accueil | Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Extraits

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 9 mars 2008

The Dø (suite et fin)

Album The Do J'ai déjà parlé plusieurs fois de The Dø, un groupe que j'ai découvert à l'automne, alors qu'il était encore assez peu connu. Ils ont sorti leur premier CD en Janvier (Playground hustle), et grâce à Amazon, je le recevais le lendemain de sa sortie. J'ai donc largement eu le temps de l'écouter et de repérer mes chansons favorites.

Je vous mets quelques courts extraits ici, ne comptez pas sur moi pour vous mettre les chansons complètes :-) J'ai d'autant moins envie que ce groupe soit piraté que l'album est disponible en MP3 sur les plateformes de téléchargement légal (au moins sur FnacMusic). C'est intelligent de leur part, alors il faut encourager cette démarche. Il y a tellement d'artistes qui sont encore blindés aux DRM que ça en est casse-pied.

Les fichiers sont chez Free, alors soyez patient pour le chargement...

On ne présente plus leur tube On my shoulders ; ce titre a été utilisé dans une publicité à la rentrée de septembre, et on le retrouve partout depuis quelques semaines, y compris dans les bandes annonces de NCIS sur M6, alors c'est peu dire (rolleyes) . Cependant, je vous le mets quand même, je l'apprécie toujours autant.



Playground hustle ouvre le CD. D'entrée, la chanson est un peu déroutante : flûte (sous son acceptation générique... [1]), choeur d'enfants... Ça ne démarre pas très bien et on trouve tout de suite le titre de l'album adapté (hustle = brouhaha). Mais finalement, la chanson est entraînante et agréable, donc ça passe bien.



La chanson At last est la seconde piste du CD. Elle confirme la voix vraiment très particulière de la chanteuse. J'adore ces voix qui sortent de l'ordinaire et les chanteuses qui ne se sentent pas obligées de beugler pour exister.



The bridge is broken ressemble un peu à At last par la façon de chanter d'Olivia Bouyssou Merilahti. J'ai accroché pour At last, bhé pour celle-là aussi...



Stay (just a little bit more) est une très jolie musique douce, sensuelle et dont les paroles ne sont pas équivoques...



L'extrait suivant est la 7ème piste du CD : Unissasi laulelet. C'est encore une chanson déroutante, qui pourrait être extraite d'un album de musiques du Monde. Je n'arrive pas à remettre la main sur la jaquette du CD pour voir s'il y a des indications sur l'origine de cette chanson, de cette musique ou des choeurs. Je sais, je fais mon boulot à moitié, mais si je commence à chercher dans mon bureau, je vais y passer la soirée :-/



Je vous ferais grâce de la piste n°15 (In my box), que je considère quasiment comme de la musique expérimentale 8-O Cela fait un peu Oulà l'album doit partir en presse dans deux heures, il faut une dernière piste, on pose tous les fesses sur le synthétiseur en rythme et on regarde ce que ça donne. C'est la seule ratée du CD, les autres chansons non présentées ici sont correctes (sans plus).

Par contre, le dernier extrait, Aha, avant-dernière piste de l'album, mérite le détour :



Ils sont passé à la salle du Trioletto (Montpellier) début Février ; malheureusement, quand j'ai voulu réserver des places, mi-janvier, c'était trop tard, tout était pris. Grumph. En tout cas, je vais continuer à les suivre. Ils ont un site web (pas top top) et un MySpace.

C'était notre rubrique "Les gays n'écoutent pas que Dalida".

Notes

[1] Ne comptez pas sur moi pour vous dire de quel instrument il s'agit, je n'y connais rien, et de toute façon je n'ai aucune oreille musicale :-D

samedi 2 février 2008

2 Février 1998 - L'album de l'année

Nek - Lei, gli amici e tutto il resto La fin d'hiver et le printemps 1998 ont été une période forte et cruciale pour moi. Ce sont les évènements et les choix faits à cette époque ont complètement déterminé ce que je suis aujourd'hui, cela a vraiment été le premier grand moment clé de ma vie. C'est pour cela que les billets de la série "Jour pour jour" que je publie sont fréquents en ce moment ; ils sont un condensé de mon histoire personnelle que je veux laisser à mes proches ou à ceux qui veulent me connaître mieux.

J'en ai plusieurs dans les cartons, ils vont surgir en retard dans le fil RSS dès que j'aurais fini de les rédiger :-) C'est long à écrire. En attendant, ce sont les posts plus classiques qui en pâtissent, et notamment les posts politiques (et pourtant, y'a à dire en ce moment).

Durant l'hiver 1997, après avoir abandonné le BTS que je suivais à Annecy, et malgré les nombreux entraînements que je m'étais imposé, j'avais beaucoup d'occasions de rester scotché devant la télé. Je suis devenu (temporairement) accro aux clips matinaux de M6, qui m'ont fait découvrir beaucoup d'artistes. Je ne parlerais pas de ce que j'écoutais avant, même si c'est très éclectique, il y a quelques trucs qui pourraient se transformer en boulets qu'on garde longtemps aux basques :-p

Bref. Parmi les clips qui m'ont marqué, vous vous souviendrez peut-être de celui là. N'étant ni physionomiste et n'ayant pas une oreille extraordinaire, j'ai cru quelques temps que c'était Sting qui chantait en italien (rolleyes) Non, non, c'était un petit nouveau pour nous français : Nek.

J'ai regardé de plus près qui était ce chanteur, et ai pu trouver non sans mal le CD à la FNAC d'Annecy (Cet album est intitulé Lei, gli amici e tutto il resto. C'est son 4ème, mais probablement le 1er à sortir en France). J'ai demandé à l'écouter, pour être sûr de l'ambiance générale, puis ai tenté l'achat : cela me semblait plutôt pas mal. Ok, c'était du pop/rock italien, mais j'assume : mes goûts vont de l'opéra à Mylène Farmer (argh si j'avoue, un peu), en passant par le folk irlandais, la world music (par exemple Geoffrey Oryema ou Cesaria Evora), le bon vieux pop/rock classique, etc. Donc pourquoi pas du pop/rock/variété italienne, ça manquait justement à ma discothèque...

Je peux aussi avouer sans trop de scrupules que le chanteur était tout à fait dans mes goûts (je ne parle PAS de goûts musicaux) et que je suis fasciné par l'Italie depuis toujours, et par les italiens en particulier (question de pilosité, on ne se refait pas). J'ai donc aussi acheté l'album sur un coup d'hormones, ce que je concède bien volontiers aux plus vipérins de mes amis.

Ce 2 février 1998, j'ai mis le CD de Nek sur ma platine. Il ne la quittera quasiment pas pendant des mois et des mois. Même dans la voiture :-) Ma famille a manqué de craquer et mes amis aussi : j'étais vraiment monomaniaque. Cela ne s'est pas arrangé à l'automne 1998, car Nek sortit son 5ème album (In due), lui aussi excellent. Ces deux albums sont devenus la bande-son de ces quelques mois de ma vie. Ils me liaient à tous ces évènements. Avez-vous remarqué comme on aime les chansons qui rappellent des moments émotionnellement forts, et comment on adore se les repasser en boucle pour se faire du mal ? N'avez-vous jamais écouté en boucle un titre déprimant après une rupture, histoire de bien entretenir l'émotion (volontairement ou non, on est parfois un peu masochiste sans s'en rendre compte) ?

J'écoute beaucoup moins Nek maintenant, mais ces deux CD sont bien-sûr un appel du pied du passé, inévitablement. Des flots d'émotion les accompagnent toujours, même si les souvenirs qui les portent sont plus rares et plus flous.

J'ai réussi à trouver les albums antérieurs de Nek, sauf le tout premier, et j'ai continué à acheter ses CD. Le cose da difendere (2002) est aussi un excellent album, du même niveau que les deux précédents. Fin 2003, il a sorti un best of, L'anno zero, qui a le seul intérêt de contenir deux titres inédits (si mes souvenirs sont bons), dont l'excellent Almeno stavolta :

Début 2004, nous sommes d'ailleurs allé avec Doudou à un concert de la tournée accompagnant la sorti de ce CD, c'était une épique escapade à Turin qui a manqué de me laisser sur la paille et célibataire :-) J'avais très peur que le concert soit plein à craquer de petites adolescences hystériques, mais non, le public était de tous les âges. Et mon mari vous dirait que c'était moi la petite adolescence hystérique (evil) .

Nek a ensuite sorti Una parte di me en 2005 puis Nella stanza 26 en 2006 (je n'ai trouvé celui là qu'en import, je ne sais pas s'il est sorti en France). Ce sont deux albums de bonne facture, mais j'ai dû grandir car j'ai moins accroché, même si je les écoute régulièrement avec plaisir ; il y a quand même quelques excellents titres.

Pour moi, les deux meilleurs albums resteront donc Lei, gli amici e tutto il resto et In due. Sur ces deux-là (probablement parce que je les ai écouté en boucle pendant de longues périodes), je suis incapable de dire quelles sont mes chansons préférées. Il y a tout au plus 2 ou 3 chansons que je n'aime pas trop, mais pas plus. Voici quelques courts extraits de quelques titres de Lei, gli amici e tutto il resto :

Andare, partire, tornare :

E non mi dire che ho bevuto :

Tu sei tu sai :

Sei grande :

Solo :

Nati per vivere :




Si vous voulez plus d'infos sur Nek, voici le lien vers son article sur le Wikipedia français et son site officiel.

vendredi 21 décembre 2007

Musique : the Fratellis

The Fratellis - Costello music Il faudrait que j'ouvre une rubrique "Il n'y a pas que Dalida dans la vie", mais bon on va mettre ce billet dans la catégorie de ceux qui sont plus ou moins culturels...

J'ai découvert le groupe The Fratellis il y a quelques mois, au détour d'un clip quelconque sur YouTube, je crois une vidéo de Jumpstyle. Je ne me souviens plus quel blog m'avait envoyé vers cette vidéo, mais la musique m'a tout de suite beaucoup plu.

La bande son n'était pas indiquée clairement, du coup, j'ai mis mon meilleur limier sur le coup : Doudou. Il a mis un peu de temps, mais grâce à son oreille et à quelques bribes de paroles, il a réussi à trouver que la chanson était Chelsea dagger :

A partir du moment où le groupe et la chanson étaient identifiés, il a été facile trouver l'album correspondant (il porte le nom de Costello music, en hommage au chanteur Elvis COSTELLO). Je me suis précipité sur Amazon pour l'acheter, et ô bonheur, j'ai adoré 8 ou 9 des morceaux sur les 13 titres, ce qui est très bien pour un album (très bonne rentabilité : généralement, j'accroche sur 2 ou 3 titres maximum).

Outre l'extrait précédent, très entraînant, un autre morceau est connu parce qu'utilisé pour la pub d'un gadget à la mode (l'iPod, voir la pub sur Youtube). C'est Flathead :

L'ambiance musicale générale est Pop/Rock / Rock indépendant. Il y a quelques très jolies ballades, certaines avec des connotations irlandaises (le groupe est écossais, y'a bien quelques liens culturels et musicaux...), une autre a même un très léger accent country. Quelques extraits en vrac :

For the girl :

Whistle for the choir :

Baby Fratelli :

Ole black'n blue eyes :

Vous voulez plus d'infos sur le groupe ? Regardez Wikipedia ou le site officiel.