Accueil | Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Exobiologie

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 10 août 2008

Une bombe nucléaire pour détecter la vie sur Mars ?

Mars et les Pléïades Je suis en congés pour 3 semaines, et profite de mon temps libre pour (entre autre) rattraper mon retard de lecture. En feuilletant le mensuel Ciel et Espace de Juillet, au coeur d'un dossier sur la planète Mars, je suis tombé sur un petit encadré qui m'a fait bondir... Un exobiologiste explique que s'il y a des traces de vie sur Mars, elles sont probablement enfouies sous la terre, à 1 ou 2 km de profondeur. Il n'exclut pas que cette vie existe toujours, au sein de réservoirs d'eau dont la température serait plus clémente qu'en surface.

Pour accéder à ces traces, il n'est pas opposé à l'usage d'une bombe nucléaire sur la planète rouge (kwa) . Selon lui, les couches profondes qui seraient ramenées à la surface ne seraient pas contaminées par les rayonnements, et les éventuelles traces de vie seraient intactes. Cependant, cela ne semble pas près de se faire, car selon lui, "les gens n'aiment pas l'idée de faire exploser un engin nucléaire sur une autre planète"[1]. Bheu dis donc, les gens ne sont pas drôles : on ne peut même plus faire péter ses bonbounettes où l'on veut.

L'idée m'a particulièrement atterré. Ce n'est pas que je préfère qu'on fasse exploser nos bombes sur Terre, on est bien d'accord. Mais le fait d'aller ravager une autre planète, d'aller en polluer sa surface, d'exposer ses éventuelles formes de vie aux radiations me choque un peu. Nous continuons à ravager notre propre planète malgré le fait qu'elle soit le seul ilot vivable de notre portion d'univers, et on pense déjà à aller sagouiner les planètes voisines[2]. C'est affligeant.

Dans le même numéro mais dans un autre registre, un article très intéressant a été publié sur l'effet supposé de la pleine lune sur les affaires humaines. Que ce soit les violences, les naissances, les décès, les suicides, les accidents, les catastrophes naturelles (...) aucune corrélation n'a pu être établie par les scientifiques entre ces évènements et les phases de la lune. Une tradition populaire très ancrée affirme pourtant que le nombre de naissances est plus important les nuits de pleine lune : une étude américaine portant sur 20 ans et 70 millions de naissances (de même qu'une autre faite en Europe, mais sur un nombre de naissances non indiqué) prouve que là encore, aucune corrélation n'existe. De quoi donner un coup de boule à un mythe bien enraciné. Et moi, j'aime bien quand ce genre de mythe est démonté...


(c) photo : adriangonsalves : original (licence : CC-ByCC-By-CACC-By-NC).

Notes

[1] Ciel et espace n°457, Juin 2008, p. 41.

[2] En plus, Mars est la seule planète vraiment candidate réaliste pour pouvoir accueillir une population humaine, si cela était nécessaire dans les siècles à venir.