Accueil | Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 3 septembre 2007

Un automne sous le signe du ballon

Ballon de rugby Non, non, ce n'est pas ce ballon-là, vous êtes complètement intoxiqués, ma parole ! Ce blog est 100% sans rugby (bon, il y aura bien du rugbyman quand même un jour, je vous rassure). C'est un autre type de ballon auquel je pense.

Doudou et moi avons des problèmes de poids. Mais diamétralement opposés : lui est nounoursiforme, avec difficulté à perdre des kilos, et moi crevettoïde, avec impossibilité à en prendre...

Doudou a beaucoup de poids à perdre ; il a été malade il y a quelques années et n'a jamais réussi à revenir à un niveau normal. Après quelques tentatives de régimes ratées (hum... il n'a pas forcément une volonté de fer pour les suivre, et il était à un stade où il savait plus gérer sa faim ni son appétit), il a décidé de se faire poser un ballon gastrique (un petit ballon posé pendant 6 mois dans l'estomac, et qui empêche de trop manger en coupant la faim). Cela peut sembler barbare, mais comparé à un anneau gastrique, cela reste quand même une méthode assez douce, même si elle est intrusive.

Il supporte le ballon depuis 10 jours maintenant, et sa volonté de réussir ce projet me fait plaisir, car il baisse trop souvent les bras. Les débuts n'ont pas été très faciles (il faut quelques jours pour que l'estomac s'habitue), surtout à cause des douleurs ou des hoquets (le ballon appuie sur le diaphragme). Pour le moment, il accepte assez bien son nouveau régime alimentaire, mais je dois surveiller sa gourmandise ; même s'il n'a pas faim, il est capable de liquider une boite de gâteaux complète, ou de taper allègrement dans ma réserve de chocolat (scandale assuré :-D ).

Là où les choses se compliquent, c'est que j'ai le problème complètement inverse : quoi que je mange, je ne prends pas un gramme. Je peux passer mes journées à manger des tablettes de chocolat, des tonnes de bonbons ou comme maintenant, des madeleines, ça ne me fera rien. Les gros repas de famille ? Aucun impact (ma mère est toujours dépitée quand je repars après Noël en ayant perdu du poids...). Bref, si je suis le régime de Doudou, je meurs de faim dans les 48h. Si lui suis mes mauvaises habitudes alimentaires, il va finir par ne plus passer les portes :-) Il va donc falloir ménager les deux, et je sens que cela ne va pas être facile. J'ai fait disparaître beaucoup de choses tentantes de mes placards, mais je ne peux pas non plus ne plus grignoter. Et je ne dois pas le tenter, sinon il va faire la gu... Argh !

Conséquence inattendue : depuis que Doudou a le ballon, je vois la publicité d'un autre oeil. Je n'avais pas remarqué avant à quel point nous étions assaillis et sollicités des dizaines de fois par jour par la publicité alimentaire. Je n'y suis pas sensible et n'ai de toute façon pas de problème de poids (enfin, pas au sens classique du terme, de surpoids donc), mais je comprends bien qu'ils génèrent l'envie, la gourmandise, la faim, et que la tentation est permanente. C'est un gros problème de santé publique pour lequel le gigantesque lobby de l'industrie agro-alimentaire n'est pas exempt de responsabilités. Je suis sûr que très prochainement, nous verrons (1) se multiplier les procès contre les boîtes d'agro-alim, de la même façon que les fabricants de cigarettes ont dû répondre de leur implication dans l'absence de prévention ou l'augmentation artificielle de l'accoutumance aux cigarettes.

(1) J'avais écrit "on verra" mais comme MarcelD, j'aime les tournures de phrases classieuses.






Photo : (c) JeremyFoo : original (licence : CC-By).