Accueil | Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Choupinou

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 6 février 2009

Le commercial (suite)

Cravatte Il est revenu : il passait visiter des collègues sur notre site, et en a profité pour venir me saluer.

A sa question "Vous ne m'avez pas appelé pour répondre à mes propositions, elles ne vous intéressaient pas ?" je n'ai pas pu m'empêcher de répondre "Non, vos propositions commerciales ne m'intéressent pas, vous le savez."

Il veut jouer sur l'ambiguïté ? Ça tombe bien, je suis joueur :-p .





(c) photo : Assbach - original (licence : CC-ByCC-By-CACC-By-NC).

jeudi 17 juillet 2008

Le commercial

Brody JENNER Quelques étudiants étrangers nous ont été "livrés" en début de semaine, et c'est avec un certain plaisir que j'ai accueilli certains :-p Je suis arrivé en avance au boulot ce matin, et je n'ai pas été déçu de cette chute du lit prématurée. Il n'y avait pas grand monde dans les couloirs alors que je me dirigeais vers mon bureau, je n'ai croisé qu'un petit nouveau très choupinou, beau brun mal rasé, la chemise entrouverte laissant deviner un torse un peu musclé mais pas trop, et surtout plein de poils. Miam, un italien / espagnol / sudaméricain (rayer les mentions inutiles). Je ne l'avais pas encore vu, celui-là.

Nous nous sommes croisés dans le couloir, ses yeux se sont rivés aux miens et ses phéromones me criaient "Je suis gay, abuse de mon corps !". Indubitablement, il était de la famille, mon gaydar ne m'a jamais trompé. Nous nous sommes donc croisés, avec un hochement de tête comme bonjour ; comme il n'y avait personne d'autre dans le couloir, je me suis permis un discret regard en arrière, pour voir si le verso était aussi avenant que le recto. Il l'était, mais ce petit con avait aussi tourné la tête et matait mon cul. J'hallucine, y'a plus de respect [1]. Bref, il me fait un grand sourire, moi un peu moins, je suis un peu gêné (rolleyes).

Une petite vingtaine de minutes plus tard, on frappe à ma porte. Probablement mon rendez-vous de 9h, un commercial qui voulait me faire du baratin sur ses tous nouveaux produits. Que ce soit dit : je n'aime pas les commerciaux. Mais ils sont un mal utile, comme les taupes dans une pelouse. Bref, je vais voir mon visiteur, et, forcément, je tombe nez à nez avec le choupinou de mon arrivée. Argh. Il est aussi surpris que moi, mais se reprend très vite en me sortant son plus beau sourire et en me faisant un clin d'oeil complice. "Ha, vous êtes Monsieur h]Ubiquist ?".

Rhâaa je me serais giflé, moi qui suis normalement discret, je me retrouve un peu comme un con, je n'aime pas ça. Depuis quand les commerciaux sont ils aussi jeunes, mal rasés, avec des chemises dont le haut n'est pas soigneusement boutonné (et suffisamment peu épaisses pour confirmer que le garçon a les tétons qui pointent) et surtout : à l'heure ??? Tout fout le camp.

Bref, il y a quand même un avantage a avoir été repéré : j'avais acquis toute sa sympathie. Il m'a couvert de goodies, de cadeaux et de produits de tests. Il y en a même quelques-uns qui seront utiles, c'est toujours ça que l'Administration n'aura pas à acheter : en cette période de disette ("les caisses sont vides"), c'est toujours ça de gagné sur nos impôts. Manque de chance pour notre commercial, tous les produits que sa boite propose sont des applications web qui utilisent des ActiveX, autant dire qu'ils n'ont pas bonne presse dans ma boutique (inutilisables dans autre chose qu'Internet Explorer sous Windows, ils abaissent le niveau de sécurité des machines et ne sont guère conformes aux Standards du web).

Il m'a aussi laissé sa carte avec son numéro personnel en plus, au cas où j'aurais besoin d'une "commande urgente" 8-) .

Bref. Aussi charmant soit-il, on va oublier ce type et ses produits (y compris ceux livrables de manière urgente...). Quand bien même j'aurais été célibataire, je n'aurais jamais mélangé boulot et sexe. Cependant, évidemment sans mari et rencontré ailleurs, j'aurais pas dit non et en aurais volontiers fait mon goûter :-p Sur ce, je vais aller mettre un numéro de téléphone aux enchères...

Heuuu, ha si, un message personnel avant de finir : Doudou, si tu me lis, je t'aime :-D




Photo : Brody JENNER, trouvé sur ce site. Ne me demandez pas qui c'est, je n'en sais rien, mais il est suffisamment agréable à regarder pour qu'on ne se pose pas trop de questions :-p

Notes

[1] Moi, j'ai le droit.

vendredi 13 juin 2008

Vie privée en Suisse

Un SMS pour son adresse ? Ha ! Enfin un sujet léger et distrayant, dans cette actualité morose. Nos voisins Suisses (ces grands timides) sont plein de ressources : la ville de Genève vient de mettre en place un service qui permet de connaitre le nom et l'adresse d'une personne en envoyant simplement par SMS le code de sa plaque minéralogique à un service dédié. Bheu oui, la vie privée en Suisse, c'est quand même moins important que le secret bancaire.

Une andouille vous fait une queue de poisson ? Hop, un SMS avec le numéro de plaque de la voiture (les bénéfices du service SMS reviennent à la ville de Genève) et le tour est joué, vous avez le nom et l'adresse du connard. Vous pouvez au choix aller lui casser la gueule, tester votre batte de baseball sur ses portières ou vider la litière de votre chat par la fenêtre entrebâillée.

Beaucoup de monde s'offusque (à juste titre) de ce procédé trop simple et sans contrôle, et soulève les risques potentiels (agressions, etc.). Moi j'ai tout de suite plutôt vu le service potentiel que cela pouvait rendre : enfin vous allez connaitre le nom et l'adresse du bogosse, qui, depuis sa grosse voiture, coincé comme vous dans les bouchons, vous fait un grand sourire et un petit clin d'oeil. Ce système aurait été utile à certains, et leur aurait permis d'éviter de passer pour un psychopathe...

Des infos supplémentaires ici et ici.

Bon, c'est pas tout ça, mais pendant que je raconte n'importe quoi, je ne révise pas pour mon examen de demain matin. Urgh. Au boulot.