Accueil | Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Ballon gastrique

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 3 octobre 2007

Un automne sous le signe du ballon 2 (retour sur le ballon gastrique)

Ballon gastrique Il y a eu pas mal de visites ici suite à mon premier article sur le ballon gastrique de mon compagnon, j'ai décidé de compléter un peu avec quelques informations.

Malgré plusieurs régimes et un suivi très régulier d'une nutritionniste depuis plusieurs années, Doudou n'a pas réussi à perdre les kilos qu'il a en trop (on ne parle pas de quelques kilos mais de 30 ou 40kg). On ne peut pas lui reprocher d'être trop rigoureux (litote du jour), il n'est pas spécialement capable de suivre les consignes d'un médecin, et a quelques problèmes avec la nourriture (il mange notamment quand il s'ennuie... et il s'ennuie souvent).

Bref, une autre approche de son régime était de lui couper l'envie de manger, bref, de lui couper la faim. L'idée de l'anneau gastrique ne l'a pas effleuré : trop intrusif, il demande un acte chirurgical. Par contre, la pose d'un ballon gastrique est un acte médical beaucoup plus léger. Le but du ballon est de remplir partiellement l'estomac et d'empêcher la faim.

L'intervention dure peu de temps, mais elle requiert une anesthésie générale. Le gastro-entérologue dépose le ballon dans l'estomac, via la bouche et l'oesophage (oui bien sûr, pas via les poumons...) puis y insuffle de l'air. Une fois gonflé, cela a la taille d'une pomme, à peu près. Cela a pris moins d'une heure, et mon homme est sorti de la clinique en début d'après-midi (il était rentré en tout début de matinée).

Les premiers jours ne sont pas évidents : il y a des nausées, des vomissements, des sensations de ballonnement (bheu oui évidemment...). Mais avec un accompagnement médicamenteux léger, la plupart des symptômes s'estompent vite. Par contre, le ballon appuyant sur les parois de l'estomac et sur le diaphragme, il arrive fréquemment d'avoir des hoquets.

Pendant 15 jours après l'intervention, il ne faut pas manger des aliments trop solides, pour éviter de trop fatiguer l'estomac (qui bataille déjà avec le béozard... J'ai appris ce nouveau mot en faisant des recherches sur pour ce billet : je m'empresse de le replacer !). Doudou a donc testé une bonne partie de la gamme des petits pots pour bébés, puis a vite saturé et s'est fait lui-même ses purées et mélanges mixés. Mais au bout de 10 jours, c'était fini, il avait repris une alimentation de consistance normale (quand je vous dis qu'il ne sait pas respecter les consignes...). Il faut néanmoins faire attention aux quantités. Si on mange trop, l'estomac le fait savoir et il ne le garde pas longtemps :-) Et si l'on mange trop peu, attention aux vertiges ou aux mots de tête.

Un ballon peut rester au maximum 6 mois dans l'estomac. C'est la période critique : c'est là qu'il faut agir et réarranger son alimentation. C'est là qu'on a tous les atouts en main pour perdre du poids. Doudou a donc les conseils de la nutritionniste pour ne pas accumuler les calories pendant les repas. Je sais déjà que les trois biscottes théoriques du petit-déjeuner sont largement accompagnées par quelques petites soeurs. Et qu'il mange pas moins gras ou pas moins sucré. S'il mange un peu moins en quantité, cela reste quand même beaucoup plus que ce qui est préconisé. Je suis donc inquiet, j'ai peur que son estomac prenne de mauvaises habitudes. Inutile d'en discuter trop avec lui : on fini toujours par s'engueuler :-D Il a toujours le même argument imparable (avec lequel je suis d'accord) : le régime ne doit pas le priver du plaisir de manger, et il n'est pas grave de faire quelques écarts. Seulement les siens sont quasi quotidiens...

J'essaie d'être optimiste : Doudou a perdu un peu plus de 10 kg jusqu'à maintenant (entre 10 et 15), mais il est loin de son objectif (il a au moins 30kg à perdre), surtout s'il ne suit pas les recommandations médicales. Tant qu'il ne voudra pas modifier ses habitudes alimentaires (voire : consulter un psy), il ne progressera pas. Il faut de la rigueur et de la volonté, et je ne sais pas s'il a ces deux qualités en ce moment.

Coté prise en charge, la Sécu ne rembourse qu'une partie de l'acte médical (la pose et le retrait), complété par la Mutuelle Santé. Le ballon lui-même est à la charge du patient (cela a coûté environ 800 euros à Doudou). Les consultations du gastro-entérologue étaient remboursées aussi (prescription par le médecin référent), de même que les consultations chez la nutritionniste. C'est un investissement sur le long terme : l'obésité engendre tellement de problèmes de santé qu'il vaut mieux agir pour l'éviter.

Le bilan de tout ça ? Réponse fin février.




Photo (c) : trouvée sur le site de Laser Montréal .