2992998785_c6c8d094f7_o.jpg J'étais en CE1, je crois, lorsque cette grande entreprise en bâtiment [1] a organisé un grand concours de dessin dans les écoles, sur le thème de "la maison de tes rêves". Mon école avait été sélectionnée pour concourir (je crois que c'était un concours national, mais impossible d'en être sûr), et on nous avait donc invité à plancher sur ce sujet.

Du haut de mes 8 ou 9 ans, je ne me faisais guère d'illusion ; je n'ai jamais été un artiste ni un créateur, je n'ai pas particulièrement de patience, et je suis encore moins méticuleux [2]. Mais il y avait de nombreux lots à gagner, parmi lesquels de magnifiques sets de peinture et de crayons, et même pour le meilleur, un vélo cross, le vélo à la mode à l'époque (avant d'être supplanté par le mountain bike puis le VTT), largement de quoi me motiver. Je me suis complètement lâché : la maison était grandiose, à la limite de la forteresse ou du blockhaus, les couleurs étaient criardes à souhait, et il ne restait pas le moindre pouce de blanc sur ma feuille. Largement de quoi faire pleurer des larmes de sang aux yeux d'un jury entier pendant une bonne demi-journée.

Le truc qui ne devait pas arriver, ben il arriva [3]. C'est mon dessin qui fut sélectionné et qui reçu le premier prix 8-O . Les messieurs du jury sont venus à la maison pour me féliciter et me récompenser avec un très beau vélo cross MBK jaune qui valait probablement les yeux de la tête. Une superbe occasion pour moi de donner à mes parents un bon gros moment de honte internationale : dès que j'eus connaissance de mon gain, je fondis en grosses larmes en me réfugiant dans les jupes de ma mère et en chouinant "Moi, je voulais gagner les palettes de peintures"... (coupdechaud)

J'ai dû me contenter du vélo, et ma carrière artistique fut définitivement scellée. Heureusement, une grande carrière sportive s'ouvr... Heu... Non plus, en fait.






(c) photo : angellea (glitterbug) - original (licence : CC-ByCC-By-NC).

Notes

[1] Dont le nom commence par B et qui a acquis, depuis, la première chaine de télé française et un réseau de téléphonie.

[2] C'est ma mère qui repassait les bordures des continents et des océans sur les cartes de géographie, parce que je faisais ça mal et que je débordais tout le temps.

[3] Dans des romans de SF ou de fantastique, c'est typiquement le genre d'évènement improbable qui ne doit pas arriver et qui provoque une Apocalypse, un déferlement de démons, ou une scission de l'univers en deux principes opposés. Rien de moins.