Manifestation Même si le bulldozer fou des réformes sarkozystes semble ralentir sous les pressions multiples (ultramarins, chercheurs, lycées...), il ne faut pas se voiler la face : les réformes avancent.

Ce sont souvent des réformes inutiles, non prioritaires, liberticides ; des faits du Prince décidés sur un coup de tête, loin des préoccupations quotidiennes de nos concitoyens, des réalités économiques, de l'urgence environnementale, de la nécessité de transformer nos modes de vie / nos modes de consommation.

La politique doit pouvoir changer les choses, nous ne devons pas accepter sans broncher de courber l'échine, alors que d'autres solutions existent. C'est la revendication que j'aimerais voir émerger de la mobilisation de cette semaine : le Gouvernement se trompe de méthode et est sourd aux appels du Peuple. Il ne faut pas se soumettre ni accepter notre sort : vive l'insoumission !

Les propositions de changement existent, elles sont même pléthoriques [1] : augmentation des bas salaires pour les salariés, des aides sociales pour les plus démunis ; baisse du coût des transports en commun et déploiement du chèque transport pour tous les salariés ; gel des loyers pour deux ou trois ans et développement du logement social (application de la loi SRU, par exemple) ; contrôler le coût des énergies domestiques ; gel des suppressions de postes dans la fonction publique ; mise en oeuvre massive du droit individuel à la formation (c'est le moment de former, vu que l'activité est en baisse) ; restreindre le temps partiel et les CDD abusifs ; exiger le remboursement des aides publiques pour les entreprises qui licencient alors qu'elles distribuent des dividendes ; investir dans la santé, dans la construction et dans le développement des énergies renouvelables ; générer de la "croissance verte" avec des investissements durables ; transformer la filière automobile pour limiter son impact environnemental ; contraindre les banques à prêter de l'argent pour les investissements...

La liste est énorme, et encore, ce ne sont que quelques mesures avancées par le PS : toute l'aile Gauche (du NPA aux Verts) a aussi des mesures intéressantes à proposer.

Le dialogue avec le Gouvernement ne passe pas, nous sommes confrontés à un véritable autisme. Il réfute ou arrange les chiffres de grévistes : ne perdez donc pas de journée de salaire en faisant grève jeudi 19. Prenez une journée de congé [2], profitez de la vie, et venez manifester votre mécontentement et votre insoumission (l'après-midi, pour Montpellier). Il fera un temps magnifique sur toute le pays, un vent de printemps soufflera doucement sur les rues de France. Et, peut-être, un vent de changement porté par le Peuple ?






(c) photo : Neno° - original (licence : CC-ByCC-By-NDCC-By-NC).

Notes

[1] Les exemples cités ici sont justes extraits du programme de relance du PS. Ce n'est pas la panacée, mais ce sont des mesures concrètes : contrairement à ce qui est claironné par les porte-flingues de l'UMP, le PS a des idées. Dommage qu'il soit inaudible...

[2] Après tout, les chiffres de la grève ne veulent plus rien dire. Le 29 janvier, le nombre de grévistes de mon établissement était ridiculement bas alors qu'une large partie du personnel était dans la rue. Nous n'avons plus les moyens financiers de faire grève, alors nous nous exprimons autrement, dans la rue.