Pyramide de cartons Ma mère et moi nous livrons depuis des années une guerre sans merci. Voilà longtemps qu'elle s'est mis en tête de refaire ma chambre, dans la maison familiale. Je suis complètement d'accord avec elle : la tapisserie et la moquette datent de 1977 [1], le mobilier est à peine plus récent, la déco n'a pas changé depuis que j'ai posé mes posters au collège, et il y a encore à certains endroits, grands moments d'art rupestre, les premières lettres du prénom de ma soeur, alors qu'elle commençait tout juste à savoir écrire.

Bref, il y a besoin de changements et de rénovation. Et accessoirement, j'aimerais bien avoir un grand lit, parce que dans un lit de 90, je suis un peu à l'étroit (ce n'est pas à cause de ma carrure d'allumette mais plutôt que j'ai l'habitude d'avoir mes aises dans un grand lit et que je bouge beaucoup).

Bref, ma mère a en partie vidé ma chambre, et depuis des années, à chacune de ses visites à Montpellier, elle me ramène un ou deux cartons de bazar extrait de ma chambre. Cela a commencé avec une vieille encyclopédie (de 1967), puis tous mes cartons de cours, puis mes souvenirs d'enfant, etc. J'ai échappé aux jouets parce qu'ils sont utilisés par mes neveux, mais je ne perds rien pour attendre.

Je fais du tri, mais je ne peux pas tout jeter. J'ai balancé un certain nombre de choses désuettes, mais je ne peux pas me résoudre à mettre aux ordures des souvenirs ou les dizaines de lettres de mes correspondantes du lycée, ni même certains cours qui pourraient être utiles. Le souci, c'est que j'habite dans un studio de 26 ou 28m², que la place n'est pas extensible, que les caves sont inondables [2], que les placards sont déjà bien pleins, et que les cartons commencent à faire une jolie pile dans un coin de mon appart. Mes parents pourraient très bien en stocker un peu dans leur propre cave le temps que je trouve un appart plus grand, il y a de la place, chez eux. Mais non.

Du coup, quand mes parents sont venus me voir fin octobre, j'ai menacé ma mère : si elle m'amenait encore un seul carton, elle dormait sur le pallier. Elle a donc remisé le carton qu'elle avait prévu, en maugréant des choses sur l'amour filial qui fout le camp, la difficulté de notre génération à couper le cordon ombilical et la chambre d'amis qui n'avançait pas...

Bref. Je suis en ce moment quelques jours en vacances chez mes parents, pour Noël bien-sûr [3], et devinez ce que je fais ? Je trie les cartons que ma mère a prévu de m'apporter à son prochain passage, histoire de réduire en amont le volume à stocker. Car je n'y couperai plus : "ma" chambre sera refaite avant la fin de l'hiver.

Elle a toujours le dernier mot, ma mère...





(c) photo : cobalt123 - original (licence : CC-ByCC-By-CACC-By-NC).

Notes

[1] Excellente année, au demeurant.

[2] Je me rappelle encore avec angoisse le jour des inondations de septembre 2003 où mes archives de papiers administratifs, dont mes attestations de services militaires, se sont retrouvés sous 20cm de flotte. Je n'y stocke plus rien.

[3] Pendant ce temps là, mon mari squatte mon appart, met le chauffage à fond, pille mes chocolats de luxe achetés en catimini pour mon plaisir personnel, et casse mon décodeur télé. J'ai bien fait de partir...