Koh Lanta 8 Ha ha ha je vous ai bien eu, non, je ne vais pas parler de cette fameuse plage entre Palavas et La Grande Motte, réputée pour ce qu'il s'y passe la nuit.

Nan, je vais vous parler d'un de mes grands travers (comme l'indique le titre du billet). De la même façon que de grands amateurs de musique ne peuvent pas s'empêcher de regarder la Nouvelle Star et de la même façon que des gastronomes avertis craquent de temps en temps sur un Big Mac, il m'arrive de succomber aux sirènes télévisuelles les plus basiques. Car j'avoue, à ma plus grande honte : je suis fan-accro de Koh-Lanta, LE jeu de télé-réalité de l'été de TF1.

En temps normal, je ne suis pas très accro à la télé (quand mon mari n'est pas là, c'est plutôt un bouquin qui occupe mes soirées), et encore moins aficionado de TF1, mais ce jeu[1] arrive à me scotcher et à me fidéliser d'une manière déconcertante (le produit est fait pour ça, on est bien d'accord).

Je connais bien sur les défauts de ce genre de jeu : c'est extrèmement scénarisé, on nous montre que les images que la production veut (de préférence, les plus trash dès que c'est possible) sous le jour qu'elle veut. L'isolement et la fatigue exacerbent les émotions et les caractères, du coup les candidats pètent très facilement les plombs. Les échanges sont donc parfois vigoureux, et les pires traits de notre espèce sont particulièrement bien mis en valeur.

Même s'ils sont plus encadrés qu'on ne veut bien nous le montrer, les candidats m'étonnent et parfois m'impressionnent. Pas que physiquement, psychologiquement aussi. Certains, par la négative : tout gentil au début, ils deviennent les pires caractères en cours de diffusion. D'autres positivement : des candidats ont réussi à rester droits et réglo tout au long de leur participation, malgré le contexte qui fait tout pour que ça n'arrive pas...

Je ne peux m'empêcher de trouver épatant qu'il reste des gens suffisamment maso pour se porter candidat à cette émission, alors que cela fait des années qu'elle existe. Je blague souvent avec un copain de BTS Info, qui est dans le même trip Koh Lanta (c'est un peu à cause de lui si je suis accro, on s'est mutuellement entrainé il y a quelques années), en disant que nous allons nous inscrire. Mais je sais que je ne tiendrais pas longtemps à la place de ces cinglés. Je nage comme un fer à repasser, j'attrape la moindre chtouille qui passe à 10 km à la ronde, j'ai besoin de dormir 12h par nuit et si je ne mange pas comme il faut plus de deux jours de suite, je perdrais mes derniers kilos qui ne sont ni de la flotte ni de l'os. Donc oui, j'ai une certaine admiration pour les candidats.

Il y a bien un autre facteur qui me pousse à regarder cette émission. Mais je le nierais devant mon mari (rolleyes)... Il n'est pas si fréquent de voir à la télé des mecs qui passent leur journée en boxer sur des plages. Y'a pas à dire, il y a souvent du beau monde. J'ai d'ailleurs mon préféré cette année : le ch'ti, tout de muscles et de poils, me conviendrait parfaitement. Bheu oui, je mate : je pourrais pas reluquer les sportifs des JO car j'ai décidé de les boycotter. Faut bien compenser :-p

Notes

[1] Si vous venez de passer les 10 dernières années naufragé sur une île déserte, et que vous ne connaissez pas le jeu, le concept est simple et vous semblera familier, quoi que masochiste : 16 gugusses se sont portés volontaires pour être naufragés au milieu de nulle part. Ils sont séparés en deux équipes et doivent se débrouiller pour survivre. Ils peuvent, à l'occasion de jeux de confort contre l'équipe adverse, gagner de quoi améliorer leur quotidien. Une fois tous les trois jours a lieu le jeu d'immunité : l'équipe qui le perd doit éliminer l'un de ses membres. Au terme des 40 jours de jeu et de quelques péripéties, il ne reste plus qu'un candidat, qui empoche un gros chèque.