Death note (tome 1) Etant largement imprégné des mangas animés japonais que je regardais dans ma jeunesse, je ne rechigne pas à lire de temps à autres quelques mangas version papier. J'ai par exemple beaucoup d'admiration pour le travail de Jirô Taniguchi (notamment le très beau Quartier Lointain ou le recueil l'Orme du Caucase). J'ai lu d'autres séries plus ou moins heureuses, tant au niveau des dessins que des scenarii.

Doudou m'a offert pour Noël le premier tome d'une série appelée Death Note. C'est l'histoire de Light Yagami, un lycéen qui a trouvé (pas vraiment par hasard) le Death Note, carnet d'un des dieux de la Mort. Lorsque l'on écrit le nom d'une personne dans ce carnet et que l'on visualise son visage, la personne meurt d'un arrêt cardiaque 40 secondes après. On peut aussi ajouter quelques raffinement comme indiquer l'heure de la mort et les circonstances.

Light se rend très vite compte du pouvoir du Death Note, et l'utilise abondamment pour éliminer des criminels. Bien-sûr, autant de morts suspectes dans les rangs des criminels éveille les soupçons d'Interpol, qui missionne un mystérieux détective pour trouver l'auteur de ces assassinats.

Le premier tome raconte le jeu du chat et de la souris entre Light et le détective, qui font tous les deux preuve de génie pour débusquer l'autre. L'enjeu est de taille : le premier qui découvrira qui est l'autre sera le seul à survivre.

L'histoire est très bien racontée, et l'intrigue de fond est complexe et pleine de rebondissements. C'est une véritable partie d'échec que se livrent les deux protagonistes, sous l'oeil impassible de Ryuk, le dieux de la mort à qui appartenait le carnet avant que Light ne le trouve. On commence dès la fin du premier tome à imaginer certaines choses, mais à chaque fois que les pistes de l'histoire ont été trop évidentes, le scénario prenait un virage à 180° et repartait sur une intrigue complètement imprévue et qui se tient (ça c'est plus rare...).

Je ne sais pas si les 12 tomes sont aussi bien ficelés et aussi trépidants, mais cela semble bien être le cas. A peine le 1er tome fini, je fonçais sur Amazon acheter les 6 tomes suivants (seuls 7 ont été publiés en français pour le moment). Je les ai déjà reçu, je vais passer un week-end manga :-)

Ha, au fait : désolé pour le titre du billet, j'ai honte (rolleyes) .