Après avoir passé le cap des 30 ans, en février, je me suis surpris à regarder en arrière. 10 ans se sont écoulés depuis la fin de mon premier diplôme, un nombre rond symbolique, une excellente occasion pour ressortir mes notes et retracer quelques souvenirs de cette époque.

Massif du Semnoz Ma première semaine à Annecy a été des plus agréables. J'ai passé une semaine à flâner dans la ville, à découvrir des lieux agréables comme les bords du lac ou le massif du Semnoz. C'est effectivement une ville très appréciable, très jolie, et le beau soleil de ce début septembre transformait ces premiers jours sur place en petites vacances. Le reste du temps, je faisais du shopping pour la rentrée qui menaçait d'arriver, ou pour aménager mon appartement. Le pied quoi. Et puis c'était bien mérité, après le mois d'Août passé à travailler : il fallait bien que je dépense ce que j'avais gagné :-D

Sauf qu'il a bien fallu reprendre. Je suis allé en cours un peu à reculons, ce lundi 8 septembre. Je ne me sentais pas prêt : après les deux ans d'Ardèche, j'aurais dû faire un break pour me purger de tout ce qui s'y était passé, bon comme mauvais, mais surtout le bon. Je me retrouvais seul dans une ville, loin des deux autres G avec qui j'étais tout le temps fourré, loin de mon Tit, de Nathalie, Milo, Thierry... Dresser la liste des personnes qui me manquaient au quotidien me donnait le tournis, et me faisait systématiquement flancher le moral. Rappelez-vous qu'à l'époque, le téléphone était encore hors de prix, et Internet commençait tout juste à se répandre : il n'était pas facile de garder le contact.

Je ne me souviens pas en détail de ce jour de rentrée, ni de mes impressions en rencontrant mes futurs collègues. Ils me semblaient jeunes, mais n'avaient que 2 ou 3 ans de moins que moi, au grand maximum. J'étais malgré tout dans les plus vieux, sinon le plus vieux, et j'ai donc senti un décalage croissant. J'ai toujours été plus à l'aise avec des personnes plus âgées que moi, mais c'est rarement le cas avec des plus jeunes. Déjà très attiré par les garçons (même si je ne me ne le comprenais pas encore, ou ne me l'avouais pas), j'en ai quand même remarqué deux ou trois potables :-D Mais personne qui n'appartienne à la"famille", à première vue.

Le premier cours, de la botanique, m'a donné un sacré coup au moral. Le prof, qui était accessoirement notre prof principal, était un vieux bonhomme assez sympathique, avec un coté très Professeur Tournesol. Mais il enseignait la botanique de la manière où il avait dû l'apprendre, de façon très générale, très théorique et très académique. Heureusement que nous commencions par une sortie sur le terrain, car sinon cela m'aurait été insupportable ! A l'époque, j'avais un niveau correct en botanique (je sortais du BTS n°1, j'avais fait de cette matière ma spécialité... J'ai incroyablement perdu depuis), et j'ai épaté la galerie avec ce que je savais. Un moment de pur bonheur :-D (qui n'aime pas briller devant ses pairs ??). Malheureusement, les TD suivants s'avéreront beaucoup plus ennuyeux ; je n'ai jamais considéré que l'étude des diagrammes floraux constituait une bonne introduction à la bota ; l'idéal, c'est évidemment la pratique du terrain, la découverte des familles et des espèces par l'exemple, puis après, la formalisation avec des éléments théoriques. La transition avec mon prof d'Ardèche, un très grand passionné aussi, mais excellent scientifique et pédagogue, a été très rude. Après quelques heures de cours, mes nouveaux collègues étaient déjà dégoûtés par la matière.

J'ai aussi été assez dérouté par mon premier TD de "techniques forestières". Le but du TD était d'apprendre à manipuler quelques outils de base, du genre compas forestier. Après quelques minutes d'explications sur les différents outils, le prof nous a amené dans le bois derrière l'école, puis nous a demandé de faire des mesures. Nous nous sommes baladés quelques minutes en groupe, mesurant de ci de là quelques arbres ; mes connaissances botaniques aidant, nous avions moins de difficultés à déterminer les différentes essences. Nous avions fait le tour des outils en moins d'une demi-heure, mais en revenant vers l'orée du bois, il nous a été impossible de retrouver le prof. Après quelques recherches (à l'oreille), nous l'avons retrouvé, ronflotant gentiment sous un chêne...

Heureusement, toutes les sorties n'étaient pas aussi dépitantes. Nous avons profité du temps très clément des premiers mois d'automne pour faire de nombreuses excursions sur le terrain. La toute première était une expédition du coté de Samoëns, joli village savoyard, pour y voir une expérimentation de débardage par câble (1). Très impressionnant, ce dispositif permet d'évacuer les grumes grâce à un câble d'acier, un peu comme un tire-fesses véhicule les skieurs :-) Ce système n'est pas sans danger, notamment pour les forestiers qui réceptionnent les grumes en bas de la piste (imaginez plusieurs tonnes de bois lancées à toute vitesse dans une pente, même retenues par un câble), ou pour tous ceux qui ont la mauvaise idée de se trouver sur la trajectoire du câble de débardage...

Les cinq premiers jours de cours ont finalement été moins longs que prévu. J'étais malgré tout content de me trouver en week-end. Il n'y avait pas encore de cohésion de groupe dans la classe, donc nous sommes tous partis de notre coté. Beaucoup habitaient chez leurs parents, ou louaient des chambres à proximité de l'école. Nous étions très peu à habiter Annecy-même. Je n'ai donc vu personne ce week-end-là, pas plus que les autres qui suivirent, d'ailleurs. Je ne m'étais pas trop mal intégré dans la promo, je pense, mais il fallait du temps pour que les affinités se créent. Cela me changeait encore une fois de l'Ardèche, où nous étions toujours chez les uns ou chez les autres.

Le week-end fut donc passé à ne rigoureusement rien faire, si ce n'est me laisser vivre, et continuer la découverte de la ville et de mon quartier (Novel)...



(1) Une expérimentation similaire a eu lieu en 2006 dans le parc naturel régional des Monts d'Ardèche ; lire ici.






Photo : (c) Didier Halatre : original (licence : GNU Free Documentation License).