Accueil | Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 28 avril 2009

Montpellier de Janeiro

Grains de café Ce matin, en sortant de chez moi, j'ai eu la bonne surprise de sentir que la ville était couverte par une délicieuse odeur de café grillé. Cela arrive régulièrement, à Montpellier, mais il y avait longtemps que nous n'en avions pas profité.

Je suis ici depuis 2000, et il m'a fallu plusieurs années pour comprendre d'où venait ce phénomène mystérieux : quand un léger vent à dominance ouest souffle, il amène sur la ville la subtile odeur des usines de café Jacques Vabre de Lavérune, à quelques kilomètres de Montpellier. Un vrai régal, qui provoque chez moi plusieurs effets immédiats.

Dans un premier temps, il met tous mes sens en éveil. Je fais partie des accrocs au café, cela me sensibilise probablement, mais l'odeur de la torréfaction du café est bien particulière, extrêmement sensuelle et suave, et elle ne manque pas de me procurer un plaisir fou. C'est quasi orgasmique.

Cette odeur provoque aussi un effet madeleinedeproustien, et fait remonter à la surface de mon esprit des images de mon enfance. Nous allions tous les ans à Tours début Décembre en quête d'idées de jouets pour le Père Noël ; pour nous récompenser d'avoir été sages dans les boutiques noires de monde, nous allions chercher quelques loukoums au Damier Vert, un chocolatier-confiseur local bien connu [1]. Le chemin nous faisait passer devant un torréfacteur, peut-être rue des Halles, je ne sais plus, et l'odeur de café grillé embaumait une partie de la rue. C'est impressionnant ce conditionnement de l'esprit à associer une odeur et un plaisir gourmand en devenir...

Il y a un dernier effet supplémentaire, parfois un peu embarrassant quand j'y succombe. Les "rues parfumées de café grillé" provoquent chez moi une irrépressible envie de chanter une certaine chanson d'un groupe (heureusement ?) quasi-disparu, Gold. Inévitablement, je fredonne la chanson pendant 2 jours, sans pouvoir la bannir de mon esprit.

Activation du mode "je vous parle d'un temps que les moins de 20 ans. etc." :


Gold - Rio de Janvier - Le Palais des Sports

Si Deezer semble bloquer la diffusion depuis le blog allez à cette page pour pouvoir entendre le morceau [2].





(c) photo : nasebaer - original (licence : CC-ByCC-By-NDCC-By-NC).

Notes

[1] Une vraie tradition familiale que l'on continue de perpétuer, même en dehors de Noël et même si nous n'avons pas été sages :-p

[2] Je ne vous l'ai jamais dit à quel point Deezer m'énerve ?

mardi 16 décembre 2008

Montpellier est de plus en plus LED

Arbre de Noel de Montpellier - Comédie Vous me pardonnerez ce titre capillotracté : il est largement inspiré par le journal de propagande local de la ville de Montpellier ("Montpellier notre ville").

Un article parle des illuminations des rues pour les fêtes de fin d'année. Alors que la ville a augmenté de 25% la superficie des sites illuminés, elle a fait baisser de 40% sa consommation d'énergie, tout en conservant la même durée d'éclairage. Cela a évidemment été rendu possible grâce à l'utilisation de LED et d'ampoules à basse consommation d'énergie. Au passage, la ville économise 32000€ : la justification écologique a des répercutions sonnantes et trébuchantes.

Je ne veux pas gâcher la fête, mais toute cette débauche d'éclairage de plus ou moins bon goût me semble complètement déplacé. Il s'agit de l'une des périodes les plus froides de l'année et c'est celle où il faut le plus éclairer : la consommation est donc en pleine période de pointe, et je suppose que nos centrales nucléaires vieillissantes tournent à plein régime. Cela devrait être la période où l'on fait attention au gaspillage d'énergie, pour éviter les pics de surconsommation et le risque potentiel de black-out. Ben non, on fait tout le contraire en illuminant villes, villages, voire maisons. A noter que chez les particuliers, c'est souvent immonde, en plus. Quel gâchis.

Pour éviter de jeter l'énergie par les fenêtres [1], il faudrait réduire la durée d'illumination, utiliser des LED ou des lampes basse conso, et ne pas hésiter à réduire encore la durée d'illumination en cas de froid prolongé ou intense. Quand aux pignoufs qui décorent leurs maisons avec des tonnes de luminaires et qui font régulièrement les colonnes du 13h de TF1[2], je serais assez d'avis de leur créer une taxe sur les cons la consommation excessive d'énergie portant préjudice à l'environnement. Mais bon, je doute un jour de voir ce genre de mesures peu populaires face aux ardents défenseurs de la magie de Noël.

J'admets cependant que dans les villes, ça peut être beau, c'est vrai. La place de la Comédie illuminée ainsi, ça a de la gueule, quand même.

Au passage, ses habitués reconnaitront une photo de Damien, alias Petit-Chose, que je remercie pour avoir publié ses travaux sous licence Creative Commons (sur FlickR). Ses très belles photos sont un vrai plaisir, elles magnifient les lieux (ce n'est pas toujours joli-joli, la Comédie de nuit, et ce n'est pas forcément très bien famé). Ce garçon a du talent, je suis content qu'il ait décidé de ne pas arrêter de bloguer.





(c) photo : Petit Chose - original (licence : CC-By CC-By-NC).

Notes

[1] Oui, j'ai bien conscience du fait que "Jeter l'énergie par les fenêtres", ça ne veut rien dire...

[2] Oui, j'ai bien conscience du fait que le 13h de TF1 n'est pas un journal papier et qu'il n'y a pas de colonnes. Z'êtes contrariants, aujourd'hui.

mercredi 20 août 2008

Affichage pratique des horaires de bus

Affichage Bus - La Ronde J'ai découvert hier qu'un des arrêts de bus que je fréquentais le plus (sur la ligne "La Ronde", qui fait le tour de la ville) avait été équipé d'un petit afficheur bien pratique (ci-contre en photo) : il donne le temps d'attente avant le passage du prochain bus.

Ce système n'est pas neuf ; il se base (probablement) sur la localisation par GPS du bus, et calcule le temps d'attente en fonction de sa vitesse. Il y a 10 ans, lorsque j'étais à Annecy, le même système avait été mis en place sur plusieurs lignes. Mais à Montpellier, nous ne sommes pas à la pointe de la technologie (malgré la réputation surfaite de ville technophile), et seules les lignes de tramway en bénéficiaient jusque là.

C'est pourtant rudement pratique : si on constate qu'un bus met plus de temps à venir que ce qu'il faudrait, on peut prendre la décision de se déplacer autrement (à pattes, quoi). Et cela permet aussi de savoir si l'on vient de rater un bus sans être dans l'incertitude pendant 20 minutes.

Malheureusement, sur la portion de ligne que je fréquente le plus, je n'ai pas vu beaucoup d'autres afficheurs du même type. Peut-être sont-ils en cours d'installation, y compris sur d'autres lignes ? Je l'espère : c'est un outil plus qu'appréciable (notamment pour les impatients comme moi, je le confesse).

samedi 2 août 2008

Les Estivales de Montpellier

Les Estivales de Montpellier Hier soir, des amis m'ont trainé sorti aux Estivales de Montpellier. Ce n'est pas trop mon genre de manifestation (trop de monde, manifestation orientée commerciale...) mais cela fait des semaines qu'ils usent de stratagèmes pour que je vienne, et je n'ai plus l'excuse des révisions pour éviter 0:-) Va falloir que je reprenne des études, ça fourni un bon alibi dans plein de situations.

Le principe est assez simple : tous les vendredis, l'esplanade Charles de Gaulle (entre la Place de la Comédie et le Corum) est transformée en un très vaste marché nocturne. Il y a pas mal de choses, essentiellement des produits locaux, surtout alimentaires. Vous pouvez goûter des vins de la région, des produits de la mer (plateaux d'huitres, moules...), des charcuteries, des fromages... Les tarifs sont très attractifs, et il y a quelques offres spéciales (pour 3€, on peut acheter des tickets qui donnent droit à un verre à vin estampillé "Estivales" + 3 dégustations gratuites). Il y a aussi les inévitables bijoux en bois pour néo-bab-des-villes, des cadeaux déco kitschissimes, mais il en faut pour tous les goûts, hein.

Il y a à bloc de monde, il faut faire la queue chez les commerçants (ça demande une bonne organisation et une répartition dans les files d'attente), mais l'ambiance est très bon enfant. Nous avions squatté un coin de pelouse (j'espère que le jardinier qui s'en occupe est en congés, il aurait fait une attaque en voyant tout le monde lascivement allongé sur ses pelouses fort bien entretenues...). En plus, ce qui est bien avec toute cette foule, c'est qu'il a de quoi mater, y'a du choix 0:-)

Nous nous sommes régalés, dans tous les sens du terme, ça a été un très bon moment. J'ai découvert un délicieux petit vin blanc local (le Chardonnay du Domaine du Puech) qui m'a beaucoup étonné. Très bon (sans pour autant me renverser complètement... Je suis très difficile en vins). L'amélioration de la qualité des vins de la région n'est pas un vain mot. En même temps, c'est une question de survie pour les viticulteurs... Avec des vins comme celui-là, c'est bien engagé.

Il est possible que j'y retourne avant la fin de l'été (je ne vais pas non plus y faire mon camp de base...). Allez-y y faire un tour en (bonne) compagnie de quelques amis, vous ne devriez pas être déçus.