Vue TGV C'est le billet qui est en vrac, pas moi. Quoi que... Je reviens de 15 jours de tournée familiale de vacances : parents, grands-parents, soeur, frère, neveux... Je n'ai oublié personne, mais j'ai passé 27h30 dans les gares et trains et ai parcouru 2467km. Très bien pour mon bilan carbone, beaucoup moins pour mes finances...

Le train n'est vraiment pas très abordable, et les prix continuent à grimper régulièrement : qu'on ne vienne pas me dire que le prix des billets de TGV est indexé sur celui de pétrole ? Dans tous les cas, les objectifs de remplissage de la SNCF sont probablement bien atteints. On est en période de pointe, ce n'est pas surprenant, mais dans mon premier train ce matin, il ne restait plus qu'une petite poignée de places assises, et pas mal de personnes étaient coincées dans les espaces inter-wagons. Dans le TGV du début d'après-midi, rebelote, c'était tellement blindé que je n'ai même pas pu atteindre ma place réservée. Qui devait probablement être squattée, de toute façon (needkill2) . Bravo donc la SNCF : vous avez probablement bien optimisé le remplissage. Mais au mépris du confort des voyageurs : il est impossible de se déplacer dans un train bondé, même pour se dégourdir les jambes ou pour aller aux toilettes (en même temps, faut être motivé et avoir le coeur bien accroché pour aller dans les toilettes des trains : rien que d'y penser ça me coupe toute envie).

L'avantage de tout ce monde et de toute cette promiscuité est évident. Cette fois, pas de vendeur ambulant beau comme un demi-dieu ni de fille qui voulait mon numéro (beurk). Néanmoins, j'ai passé une partie du trajets face à face avec un très bel espagnol (qui ne parlait malheureusement pas français) dont le jean faisait une bosse complètement indécente un peu en dessous de la ceinture. Beaucoup plus intéressant à regarder que le paysage. Vu que c'était permanent, cela ne pouvait pas être une érection (ils sont chauds les espagnols mais quand même pas pendant trois heures). Le paquet (je ne parle pas du sac à dos du mec, suivez un peu) semblait complètement à l'étroit et hurlait pour être libéré de cette étranglement par constriction. Je me serais bien proposé pour lui faire du bouche à bouche (quoi que, j'ai une petite bouche, je sais pas si ça aurait été possible).

Bref. Il me reste encore 6 jours de vacances avant de reprendre le 25 et préparer la rentrée de mes étudiants. Juste de quoi m'occuper de moi, reprendre des forces, récupérer mon sommeil en retard et passer du temps avec mon homme. S'il n'est pas trop occupé (rolleyes) .

Je suis encore en vacances mais l'atmosphère générale a déjà un petit goût de rentrée et d'automne. Le temps que j'ai eu dans les Alpes du Sud avait cette même saveur de fin de saison, et je retrouve un peu ça ici. Les soirées sont maintenant très courtes, fraiches. Ça sent septembre.




(c) photo : Ciloé : original (licence : CC-By).