Portrait Matthew Shepard Ce billet est un peu particulier pour moi. Demain et dans les jours qui viennent aura lieu la commémoration d'un évènement important, et il m'avait beaucoup touché et marqué à l'époque.

Matthew Shepard était un étudiant gay du Wyoming. Le soir du 06 octobre 1998, dans un bar gay, il rencontre deux jeunes avec qui il discute. Au moment de s'en aller, ils proposent à Matthew de faire un tour avec eux. Matthew accepte, et ils sortent tous les trois de la ville de Laramie. C'est en pleine campagne que les deux mecs agressent Matthew, le violentent, l'accrochent à une barrière, le torturent et lui fracassent le crâne. Ils finirent par l'abandonner, le croyant mort. Matthew ne sera retrouvé que le lendemain par un cycliste tombé à proximité. Il décèdera le 12 octobre, à 21 ans.

J'avais suivi cette histoire atroce au travers du site Ooups.com, référence gay du moment, qui avait relaté les faits. A quelques semaines près, Matthew et moi avions le même âge, nous étions tous les deux de jeunes gays, et j'étais en pleine période de construction et de questionnement sur ma propre sexualité ; l'identification était forte et amplifiée par la répercution médiatique de l'affaire.

Je ne sais pas si c'est parce que je me suis senti concerné, mais j'ai le sentiment que c'est avec ce crime que l'homophobie est sortie du placard. Le concept a commencé à faire son chemin dans l'esprit des gens : il existait des meurtres terribles dont la seule légitimation est la différence de sexualité. En octobre 1998, je ne savais pas encore que j'allais aussi être exposé à l'homophobie quelques mois plus tard ; cela ne fut pas violent physiquement, mais le choc psychologique du harcèlement n'en fut pas moindre.

Matthew Shepard Quelques progrès ont été faits depuis, mais l'homophobie reste latente. Ce n'est même pas forcément volontaire, l'insulte proférée au détour d'une discussion fait partie du langage commun, c'est une insulte de base. Elle n'en est pas moins blessante. Les Etats-Unis ont un peu progressé jusqu'en 2001, mais 8 ans d'obscurantisme façon Bush ont beaucoup fait régresser le pays. Le futur ex-président américain s'est par exemple opposé en 2007 à une loi contre les crimes de haine fondés sur l'orientation sexuelle... La loi, adoptée par le Sénat américain en septembre 2007 n'a jamais été signée par le patron de la Maison Blanche. Elle a été abandonnée en décembre de la même année.

En France, malgré une législation récente, l'homophobie reste bien présente. L'acceptation de l'homosexualité progresse, c'est un fait, toutes les statistiques et tous les sondages le démontrent. Mais il n'en demeure pas moins que les agressions sont régulières et souvent d'une violence rare. Le triste exemple de Sébastien Nouchet, aspergé d'essence et brûlé vif chez lui par trois hommes est là pour le rappeler ; il a survécu, mais avec des séquelles physiques et psychologiques graves. Et ce n'est qu'un cas parmi d'autres.

Article Ex-Aequo Matthew Shepard - Décembre 1998 Pour en revenir à l'affaire Shepard, le tri des placards de cet été m'a permis d'exhumer quelques exemplaires de feu le mensuel Ex Aequo[1] ; j'ai retrouvé dans le numéro de Décembre 1998 un article très complet sur le sujet, avec des informations supplémentaires sur les manifestations qui ont suivi la mort de Matthew, les interventions des personnages politiques ou artistiques, et sur la médiatisation de l'affaire. Un intéressant coup d'oeil sur le siècle passé.

Le martyr de Matthew a marqué de beaucoup de monde, et on le constate 10 ans après, il restera durablement dans les mémoires. Tout particulièrement la mienne, pour avoir éveillé une partie de ma conscience, à cette période si particulière (et importante) de ma vie.

Pour en savoir plus sur Matthew, sur son histoire, le procès de ses assassins :





Ce billet est mon 200ème, et le blog compte à cet instant 200 commentaires. Trop fort.

Notes

[1] Ce mensuel intéressant a cessé sa diffusion en 1999 ou 2000. Il était à Têtu ce que Télérama est à Jalouse Magazine.